Haluk Ilicak : «Il est temps d’élargir l’ALE aux produits agricoles»

Haluk Ilicak : «Il est temps d’élargir l’ALE aux produits agricoles»

Entre 2004 et 2008, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Turquie ont augmenté de 290% pour s’établir à 1,318 milliard de dollars. Durant les sept premiers mois de cet exercice, les échanges sont passés à 433,1 millions de dollars au lieu de 888,6 millions de dollars pour la même période de l’exercice précédent. La crise est passée par là, mais, les opportunités d’investissement restent au rendez-vous. C’est en substance le message que voulait passer Haluk Ilicak, ambassadeur de la République de Turquie au Maroc, invité du PDE d’ALM, jeudi 22 octobre, à Casablanca, au tour du thème «Les relations turco-marocaines: quelles perspectives ?».
Devant un large parterre, marqué surtout par la présence de plusieurs hommes d’affaires marocains et turcs, M. Ilicak a invité les investisseurs turcs à bénéficier d’une cumulation diagonale. «D’abord, il y a un avantage important vu la stratégie géographique du pays. Il y a une réelle économie à faire sur les coûts logistiques. Ensuite, le Maroc a un ALE avec les Etats-Unis, les Turcs peuvent y bénéficier surtout pour le textile-habillement. Et enfin, ils peuvent utiliser le Maroc pour entrer dans les marchés subsahariens», a indiqué M. Ilicak.
Dans son intervention, il a insisté sur le fait que la Turquie est la 17ème économie mondiale. Elle est le premier fabricant de TV et d’autocars en Europe. Elle est le 6ème plus grand producteur au monde de ciment et de coton. En Europe, elle est le 6ème plus grand fabricant de réfrigérateurs, d’acier et de fer. Elle est le 4ème exportateur de textile de maison dans le monde et le 5ème exportateur dans le monde. C’est dire tout le poids que représente aujourd’hui cette nation de 71 millions d’habitants. Avec le Maroc, le diplomate turc veut enrichir le niveau de la coopération économique. «Il est temps d’élargir l’accord de l’ALE Maroc-Turquie aux produits agricoles et aux produits agricoles transformés», a-t-il noté. «Il manque aussi l’établissement d’une ligne maritime directe entre les deux pays. Pour le tourisme, cette année, la Turquie a été la première destination des Marocains avec 40.000 touristes. Ce sont les feuilletons turcs qui ont fait connaître cette destination. Je saisis cette occasion pour faire une critique positive : ce qui manque au Maroc c’est la vie culturelle», a-t-il ajouté. «Au Maroc, mis à part quelques petits musées, il n’y a pas de vrais musées ! Les études montrent que près de 90% des touristes qui viennent au Maroc n’y retournent pas à cause de cela!», a remarqué l’ambassadeur de la République de Turquie à Rabat. À propos de la question du Sahara marocain, M. Ilicak a fait connaître la position de son pays. «Nous votons pour toutes les résolutions en consensus. Nous ne participons pas au vote s’il n’y a pas de consensus sur le projet de résolution. C’est la politique adoptée depuis le début de cette affaire. Nous avons de bonnes relations avec le Maroc et l’Algérie. Nous ne voulons pas être partie prenante», a souligné  le diplomate turc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *