M’barek Bouhchichi : «Les couleurs que j’utilise dépendent de mon état psychique»

M’barek Bouhchichi : «Les couleurs que j’utilise dépendent de mon état psychique»


ALM : Pourquoi avez-vous choisi «Non lieu» comme titre pour votre exposition ?
M’barek Bouhchichi : Le «Non lieu», c’est un mot qui revient souvent dans mes écritures. C’est un prolongement de mes recherches où je m’interroge sur l’espace.  Cet espace est bien défini dans ses axes et ses dimensions. Je travaille sur d’autres espaces qu’on qualifie de sauvages et là j’arrive à un moment où il est question d’espaces alternatifs qui sont très véhiculés aujourd’hui à savoir l’espace des multimédias et de la fiction. J’essaie d’imaginer une autre relation avec l’espace qui me fait sentir l’absence de l’information visuelle. C’est la raison pour laquelle mon exposition porte le nom de «Non Lieu».

Vous utilisez l’huile de cade dans vos œuvres, que signifie pour vous cette matière ? Et quels sont les autres éléments que vous introduisez ?
L’huile de cade signifie pour moi beaucoup de choses, j’aime aussi cet élément pour son odeur. En plus, c’est une matière très présente et utilisée dans notre région du sud, notamment dans la décoration, la poterie et autres. Le plus beau est quand l’huile de cade se marie avec les autres couleurs et offre une autre couleur différente. À part l’huile de cade, je travaille avec d’autres matériaux notamment l’acrylique.

Votre palette varie entre les couleurs assourdies et chaudes. Comment choisissez–vous les couleurs?
Les couleurs que j’utilise dépendent de mon psychisme. Dans mes toiles, vous pourrez constater la dominance de la couleur verte, du violet, du gris… J’utilise aussi la poudre d’aluminium, j’aime la couleur métallique en fait.
 
Votre style s’inscrit dans la peinture non figurative, pourquoi ce choix ?
La peinture non figurative est très limitée, car les gens quand ils regardent la toile, leur marge d’imagination se limite. Donc, il y a le risque de la fin de l’imagination. Dans les années à venir, je ne sais pas si un jour, je peux changer mon style ou non. Il se peut qu’un jour, j’utilise d’autres éléments. J’essaye de renouveler ma recherche de temps à autre où je peux découvrir autres choses.

Quels sont vos projets à venir ?
D’ici la fin de ce mois, je monterai une exposition à Paris. En septembre prochain, je participerai au festival des arts nègres à Dakar.


Biographie


Né à Akka, petit village au sud du Maroc en 1975, M’Barek Bouhchichi obtient en 1994 son baccalauréat  en arts plastiques à Rabat puis s’oriente vers une formation d’enseignant en arts plastiques qu’il dispense à Lakhssas au sud de Tiznit, où il vit et travaille. M’Barek Bouhchichi a imposé sa marque dans la peinture non figurative. Il a trouvé un langage qui distingue ses tableaux et en fait reconnaître l’originalité. Il possède une grande maîtrise de la composition et son geste précis n’entrave pas les coulures fraîches de peinture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *