Phil Collins, l’imbattable de la batterie

Phil Collins est né le 30 janvier 1951 à Chiswick. Il reçoit son premier tambour alors qu’il n’a que 5 ans et la légende dit qu’il n’a jamais rien voulu faire d’autre que de la batterie. A part, peut-être, se donner en spectacle. C’est ainsi que, dès son enfance, il se produit dans quelques émissions de radio et de télévision. Et à 9 ans, il commence déjà à jouer dans l’orchestre de danse d’un club nautique. A 14 ans, on lui confie, pour neuf mois, le rôle d’Artful Dodger dans une adaptation d’Oliver Twist. Parallèlement, il suit des cours d’art dramatique à l’école Barbara Speake. En 1964, il joue dans le premier film des Beatles «A Hard Day’s Night». Tout commence lorsque Phil, avec un ami, fonde un groupe du nom de Real Thing. Plus tard, il obtient des engagements semi professionnels avec le groupe Charge, puis travaille avec Freehold. Il tient, ensuite, la batterie dans le groupe Hickory. Les auteurs Howard et Blaikley leur proposent la maquette d’un album et un contrat pour l’enregistrement du disque.
C’est à cette époque que le groupe Genesis recherche un nouveau batteur. Il s’avère que Phil Colins est l’homme de la situation. Excellent batteur, c’est aussi un bon auteur, un interprète de talent et un acteur né. Il semble aussi être un véritable bourreau de travail, puisque, à côté de son travail avec Genesis, il participe aussi à l’enregistrement de six 33 tours avec le groupe Brand X. En 1981, Phil Collins débute une carrière en solo et enregistre son premier album «FaceValue» qui se classe en tête du hit-parade britannique des albums. ll se vend à plus de 900.000 exemplaires en Grande-Bretagne. Près de six mois plus tard, «Face Value» grimpe à la 7ème place aux Etats-Unis et reçoit un disque d’or.
En 1982, il produit «Something’s Going On», l’album solo de Frida, ex-chanteuse du groupe Abba. Le second album de Phil Collins, «Hello, l Must Be Going» se classe deuxième en Angleterre et reste 160 semaines dans les charts. En 1985, Phil Collins est consacré meilleur chanteur pop pour le titre «Against AIl Odds» avec un Grammy. A peine sorti, son album «No Jacket Required» bondit au sommet du hit-parade britannique. Entré le 2 mars, il y restera cinq semaines. Sting, Nathan East et Greg Philliganes sont aussi de la partie. En juillet, Phil Collins se produit dans les concerts Live Aid au stade de Wembley de Londres et au stade Kennedy de Philadelphie. D’un concert à l’autre, il traverse l’Atlantique en Concorde. Il joue, entre autres, avec Jimmy Page et Robert Plant lors des retrouvailles de Led Zeppelin. En 1986, lors de la remise des Grammies, Phil Collins rafle tous les honneurs avec son album «No Jacket Required»: meilleur artiste de variété, meilleur artiste masculin et album de l’année ! En 1988, il se produit à la batterie au stade de Wembley à l’occasion de la célébration du 70ème anniversaire de Nelson Mandela. Dans le film «Buster», Phil Collins joue le premier rôle, celui du légendaire pilleur de train. Et, en décembre, son album «But Seriously» grimpe en tête du hit-parade en Angleterre où il se maintiendra 15 semaines.
Un an plus tard, Phil Collins est sacré meilleur batteur par les lecteurs de la revue musicale Rolling Stones. Au Madison Square Garden de New York, il donne le dernier concert d’une tournée de neuf mois qui l’a entraîné dans 16 pays et 59 villes. A la remise des prix du Billboard Music, «Another Day In Paradise», le disque de l’année, remporte un Grammy et Phil Collins est à nouveau sacré meilleur batteur. En mai, à Boston, il se voit décerner le titre honorifique de docteur en musique.
«Testify», en 2002, est l’un de ses plus gros succès à ce jour. Il le doit particulièrement à «Can’t Stop Loving You», reprise de Leo Sayer et premier single qui en est extrait. L’année suivante, il signe le thème de la nouvelle production Disney «Frère des Ours». Par la suite, Collins prend la route et fait le tour du monde. Mais il présente cette tournée comme celle de ses premiers adieux ! «The 1st Final Farewell Tour» passe par la France en 2004. Victime de sérieux problèmes de santé, dus à un début de surdité, il lui en est, en effet, recommandé de s’économiser et donc de moins tourner. Phil Collins décide alors d’écrire une comédie musicale autour de Tarzan et de s’occuper de son plus jeune fils, Nicholas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *