Quand Assilah renoue avec l’art de la rue

Quand Assilah renoue avec l’art de la rue

Chaque jour avant le coucher du soleil, les membres d’un groupe du folklore émirati entament sa déambulation en direction de l’ancienne médina d’Assilah. Leur spectacle qui attire de grandes foules des festivaliers s’inscrit dans le cadre du 32ème Moussem culturel internationale de la ville blanche, qui se poursuit jusqu’au 26 juillet. Cette belle initiative vise essentiellement le rapprochement des cultures de deux pays marocain et émirati. «Le choix s’est porté sur les Emirats Arabes Unis (EAU) comme invité d’honneur de cette 32ème édition. Plusieurs activités culturelles et artistiques dont ces spectacles de folklore en plein air sont organisées pour faire découvrir au public l’histoire et les richesses patrimoniales de l’EAU», selon les organisateurs. Ces spectacles de chants et de danses – qui permettent le rassemblement d’un grand nombre de spectateurs- créent une ambiance chaleureuse et électrique propre aux festivités organisées aux EAU. Les membres du groupe émirati poursuivent leur déambulation au grand bonheur des festivaliers et des amoureux d’art de rue. Elle les ramène chaque jour jusqu’à la célèbre place Abdallah Guennoun au pied de la célèbre tour Al Kamra, un des plus anciens monuments historiques de la ville d’Assilah. Munis de leurs instruments de musique traditionnels, à savoir le tambour, le bendir et le bâton (Assa), ils s’y produisent entourés par un grand nombre de spectateurs. Très réjouis de l’ambiance festive, ces derniers sont souvent invités à prendre part à leurs spectacles au rythme du folklore populaire émirati. Selon les responsables émiratis, ce type de spectacles de rue attire beaucoup plus de passants et de touristes que ceux organisés dans des salles de théâtre. «Le folklore populaire émirati est un art collectif dont la majorité des représentations artistiques est produite par des groupes et non pas des personnes individuelles. Le public joue un rôle complémentaire avec l’ensemble musical pour la réussite de ce genre de spectacles», indique Billal Al Budoor, directeur exécutif des affaires culturelles et artistiques aux EAU.
Habillés en costumes traditionnels émiratis, les membres de ce groupe musical offrent un beau spectacle reflétant la richesse de la musique traditionnelle des Emirats. «Cette troupe nationale des arts populaires émiratis est invitée souvent à se produire dans de grands événements à l’étranger. Ses spectacles en plein air réussissent généralement à envoûter les passants et les encourager à se rassembler autour des membres de la troupe. Malgré leur ignorance de notre langue, les spectateurs trouvent du plaisir à y prendre part», explique M. Al Budoor. Les membres de cette troupe émiratie se disent heureux de se produire à Assilah, considérée comme le lieu de rencontre des cultures. Ils veulent ainsi partager leur passion avec les visiteurs et les habitants de la ville blanche. Ils essayent de faire découvrir à travers leurs représentations folkloriques leur culture et leurs traditions. «Les artistes excellent entre autres à décrire la vie quotidienne des Emiratis particulièrement les anciens marins et artisans», affirme M. Al Budoor. Ce groupe musical présente, chaque jour, plusieurs tableaux folkloriques dont celui de la saison de la pêche des perles en mer. Des spectacles sont composés de chants et de danses interprétés autrefois par les marins pendant cette période de haute saison. «Les membres de la troupe nationale émiratie expriment les problèmes dont souffrent les professionnels de ce secteur. Ils décrivent aussi à travers les mouvements de leurs corps les plongées sous-marines pour pêcher les perles ou encore les marins en train de ramer pour faire avancer le bateau», dit M. Al Budoor. Ce dernier poursuit que les artistes adoptent aussi dans ce genre de spectacles des mouvements particuliers du cou «pour imiter les postures et les gestes de la chamelle. Les arts folkloriques émiratis s’intéressent ainsi au paysage émirati particulièrement terrestre et marin», tient à préciser M. Al Budoor. La troupe nationale des arts populaires émiratis est composée de plus d’une quarantaine d’instrumentistes, de chanteurs et de danseurs. «Mais les tableaux du folklore présentés par cette troupe ne comprennent pas le même nombre d’artistes. Et on voit ce nombre augmenter grâce à la participation du public au spectacle», révèle M. Al Budoor. Ayant côtoyé les grands noms dans le folklore populaire aux EAU, Hassan Ali, chef de la troupe nationale émiratie, pratique cet art depuis 1978. Il a intégré en 1982 cette troupe. «Ces tableaux du folklore émirati sont présentés aussi bien pendant les fêtes nationales et religieuses que lors des fêtes de mariage et de baptême. C’est pourquoi nous devons présenter, au cours de nos concerts, les différents types du folklore pratiqués toujours aux EAU», confie M. Ali. Le public est invité à assister à ces spectacles du folklore émirati. Il peut même en faire part.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *