Cinéma : Vers la mise en place d’une coopération Sud-Sud

Cinéma : Vers la mise en place d’une coopération Sud-Sud

Colloque sur cette industrie au Maroc et en Afrique subsaharienne

Donner une nouvelle dynamique à l’industrie cinématographique au Maroc et en Afrique subsaharienne, tel est l’objectif du colloque international sur l’industrie du cinéma au Maroc et en Afrique subsaharienne prévu les 3 et 4 avril 2018 dans la capitale de l’Oriental, Oujda. Organisé en partenariat entre le CCM, la Faculté des lettres et des sciences humaines d’Oujda et le Centre universitaire de langues et de communication, ce colloque est placé sous le thème «L’industrie du cinéma au Maroc et en Afrique subsaharienne : vers la mise en place d’une coopération cinématographique Sud-Sud». Selon les organisateurs, cette rencontre est inscrite dans le cadre de coopération et de coproduction de films cinématographiques entre le gouvernement du Maroc et d’autres pays africains à l’instar du Mali, Niger, Bénin, Côte d’Ivoire et Congo.

«Ce genre d’échanges visait à relancer la production de films disposant d’une qualité technique et artistique et contribuer ainsi au progrès économique et culturel en matière cinématographique. Ceci étant, ces accords s’inscrivent dans un environnement plus vaste. Leur impact sur les productions cinématographiques passées et futures reste à déterminer». Au-delà du cinéma, ce colloque s’inscrit dans le cadre du retour officiel du Maroc au sein de l’Union africaine. Dans ce sens, plusieurs questions relatives à l’industrie cinématographique au Maroc et en Afrique subsaharienne seront étudiées. «Nous souhaitons également faire le point sur les enjeux de la coproduction interafricaine. La coproduction Sud-Sud est-elle en mesure de donner une nouvelle dynamique conséquente à l’industrie cinématographique au Maroc et en Afrique subsaharienne, créant ainsi des ponts et des passerelles pour de nouvelles perspectives capables de pérenniser leurs identités culturelles enracinées les unes dans les autres ?».

A cet égard, le colloque propose trois grands axes de recherche. Le premier sera axé sur l’état des lieux. D’ailleurs, il aborde diverses questions dont : les accords bilatéraux entre le Maroc et des Etats africains ont-ils favorisé les coproductions ? Quels ont été les acteurs et les leviers ? Le Maroc et l’Union africaine: perspectives culturelles et cinématographiques ? Quels marchés et quelles diffusions pour les productions interafricaines aujourd’hui ? En ce qui concerne le deuxième, il se penche sur «les enjeux politiques, juridiques et économiques et des coproductions interafricaines». Dans ce contexte, plusieurs points seront examinés dont la spécificité des coproductions interafricaines et les cadres économique, politique et juridique pour la mise en place d’un fonds d’aide à la production africaine sous l’égide du Maroc. Enfin, le dernier axe s’incline sur les enjeux sociaux, culturels et linguistiques des coproductions interafricaines en contexte. A travers cet axe, plusieurs questions seront discutées, notamment à «la coproduction interafricaine entre utopie et réalité», «les enjeux culturels des coproductions interafricaines», «Des coproductions interafricaines pour quels publics» et «des coproductions interafricaines et de la francophonie».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *