«Mica» d’Ismaël Ferroukhi boucle son financement à Venise

«Mica» d’Ismaël Ferroukhi boucle son financement à Venise

Il est le seul long métrage marocain sélectionné au marché Gap-Financing

La coproduction maroco-francaise «Mica» du réalisateur Ismael Ferroukhi vient d’être sélectionnée au Venice Gap-Financing Market qui est organisé dans le cadre de la 76ème Biennale de Venise prévue du 30 août au 1er septembre 2019. Il s’agit du seul long métrage marocain choisi pour cette édition visant à offrir à certains projets européens et internationaux l’occasion de clore leur financement international par le biais de rencontres individuelles, avec des professionnels internationaux potentiels et pertinents. En effet, ce film a été choisi aux côtés de plusieurs projets du monde entier. «23 projets (dont 16 européens et 7 non européens) de longs métrages de fiction du monde entier devant compléter leur financement avec des parts minoritaires dans la coproduction, avec au moins 70% du financement», peut-on lire sur le site de la Biennale de Venise.

Écrit par Ismaël Ferroukhi et Fadette Drouard, le scénario est centré sur Mica, un enfant des bidonvilles qui se retrouve propulsé comme homme à tout faire dans un club de tennis de Casablanca fréquenté par la nomenklatura marocaine. Prêt à tout pour changer son destin, il va se faire remarquer par Sophia, une ex-championne qui va le prendre sous son aile. Produit par Lamia Chraibi pour la société marocaine La Prod, ce 3ème long métrage est coproduit par la structure parisienne Elzévir Films. Il a bénéficié d’ailleurs du soutien du Centre cinématographique marocain (Quatre millions deux cent mille dirhams) et de l’AFAC (Arab Fund for Arts and Culture).

Notons que ce film a été tourné à Casablanca. Au casting de ce nouvel opus figure Sabrina Ouazani, actrice et réalisatrice française. On retrouve également les acteurs marocain Zakaria Inan et Azelarab Khagat. Pour mémoire, Ismël Ferroukhi est né au Maroc. Il arrive en France alors qu’il est encore enfant et grandit dans une petite ville du sud. En 1992, il écrit et réalise son premier court métrage, «L’Exposé», sélectionné à Cannes dans la catégorie Cinéma en France. Il y obtient le prix du meilleur court métrage et le prix Kodak. Cette même année, le jury du Festival de Clermont-Ferrand lui décerne son prix spécial. Deux ans plus tard, il rencontre Cédric Kahn et co-écrit avec lui «Trop de bonheur». Le film, co-produit par Arte, est présenté à Cannes. S’en suit une autre collaboration entre les deux hommes puisqu’ils écrivent ensemble Culpabilité zéro. En 1996, il réalise son second court métrage, «L’Inconnu», avec dans le rôle titre une certaine Catherine Deneuve. Dans un même temps, il écrit et met en scène deux téléfilms (Un été aux hirondelles et Petit Ben).

Synopsis du film 

«Mica, 10 ans, vit dans les bidonvilles de Meknès. Un vieil homme l’emmène à Casablanca pour y être un homme à tout faire dans un club de tennis. M. Slimani, propriétaire du club et membre de la nomenclature marocaine, rêve de faire de son fils un champion de tennis.

C’est pourquoi il engage Sophia, ancienne championne de tennis, en tant qu’entraîneure. Sophia finit par remarquer Mica et son talent montant remarquable».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *