Younès Mégri: «Ma première chanson en amazigh»

Younès Mégri: «Ma première chanson en amazigh»

Entretien avec Younès Mégri, chanteur et acteur

Le texte de «Thrait mas» rappelle la période de la guerre civile en Espagne sous l’ère du général Franco quand il a demandé l’appui du Maroc. Il s’agit d’une femme qui chante le départ de son mari pour cette guerre.

ALM : Qu’est-ce qui vous a soufflé l’idée de préparer une chanson en amazigh ?

Younès Mégri : J’en avais envie depuis longtemps. Quand j’ai rencontré Ouafae Merras, animatrice dans la chaîne amazighe, elle m’a proposé un texte en cette langue. Puis l’idée a encore une fois germé quand je l’ai rencontrée lors du festival de cinéma à Al Hoceima. C’est une personne qui a une voix merveilleuse. Tout cela m’a incité à interpréter une chanson en amazigh intitulée « Thrait mas ». Déjà j’avais besoin d’un texte en amazigh. Quand je l’ai trouvé en plus de la voix de Ouafae, nous avons fait un duo. Elle s’est occupée des paroles ; quant à moi, j’ai fait la composition et l’arrangement. La musique de la chanson est mêlée à des paroles amazighes et un air pouvant être accepté par les personnes amazighes et arabes à la fois.

Etait-ce facile de chanter en amazigh?

Je me suis fait assister par un coach pour m’aider à bien apprendre le texte en rifain. Il s’est avéré, à mes yeux, que c’est une très belle langue.

Combien de temps vous a pris «Thrait mas»?

Je ne raisonne jamais en termes de temps et une chanson quelconque existe déjà dans le ciel. En tout cas, quand un texte m’inspire, je le compose très rapidement. Plutôt, c’est l’arrangement qui prend du temps. Pour «Thrait mas», c’est une orchestration au piano et violoncelle.

De quoi parle cette chanson?

Le texte de «Thrait mas» rappelle la période de la guerre civile en Espagne sous l’ère du général Franco quand il a demandé l’appui du Maroc. Il s’agit d’une femme qui chante le départ de son mari pour cette guerre.   

Cela fait longtemps que vous n’avez pas chanté quand même…

Tout à fait ! Par contre, je viens de préparer outre «Thrait mas», une autre chanson intitulée «Abi» que je dédie à l’âme de mon défunt père. Le public la découvrira en même temps que la chanson en amazigh lors d’un nouvel épisode de l’émission «Taghrida» dont la projection est éventuellement prévue en décembre.

Mais pourquoi avez-vous pris beaucoup de temps pour lancer de nouvelles chansons ?

Le problème réside dans la production qui exige beaucoup de moyens. Je crois qu’il faut dédier un fonds d’aide pour la chanson  comme on l’a fait pour le cinéma. Actuellement, le ministère de la culture nous demande de passer un concours pour que nos projets soient admis. C’est indécent !

Quels seraient vos projets pour le cinéma ?

Il y a des propositions qui arrivent, mais je préfère en parler quand elles seront confirmées. En tout cas, je m’affiche toujours auprès du public. Récemment, j’ai assisté au Festival international cinéma et migrations d’Agadir et je serai au festival international du film de Marrakech. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *