4ème étape du dispositif itinérant «Al Moutmir» dédiée à l’olivier : OCP accompagne les petits exploitants de Khénifra

4ème étape du dispositif itinérant «Al Moutmir» dédiée à l’olivier : OCP accompagne les petits exploitants de Khénifra

Le dispositif Al Moutmir fournit aux agriculteurs un ensemble de services leur permettant de combler leurs lacunes en termes de bonnes pratiques agricoles.

Pour la quatrième étape de la phase dédiée à la culture de l’olivier, le dispositif itinérant «Al Moutmir» fait escale à Khénifra. Après les tournées consacrées aux céréales et légumineuses et celle des maraîchages, cette troisième phase organisée du 12 mars au 11 avril 2019, est dédiée à l’olivier et touchera 5 provinces dont Taounate, Ouazzane, Sefrou, et Kelâat Sraghna. En termes de chiffres, 700 plates-formes de démonstration sur les 2.000 lancées par le Groupe OCP dans le cadre de cette initiative sont consacrées à la culture de l’olivier afin d’accompagner les agriculteurs par des modèles concrets de l’impact de la démarche scientifique et raisonnée sur la productivité et la préservation des ressources.

Un accompagnement personnalisé

Entouré de terres agricoles, le site d’Al Moutmir accueille donc depuis le 2 avril 2019 et pendant trois jours des petits exploitants d’oliviers venus s’informer sur les meilleures pratiques à employer pour améliorer la productivité de leurs terres. Sur place, 100 à 120 agriculteurs par jour sont répartis sur les différents espaces du site aménagés à cette fin. Au sein de ce site, plusieurs espaces organisés en ateliers pratiques sont mis en place. Compréhension des besoins du sol, laboratoire mobile, lecture des analyses du sol, espace produit, espace digital… le dispositif Al Moutmir fournit aux agriculteurs un ensemble de services leur permettant de combler leurs lacunes en termes de bonnes pratiques agricoles. On y voit des ateliers où chaque agronome accueille un groupe de 5 à 6 agriculteurs afin de leur expliquer les résultats d’analyse de leur sol et les orienter sur le programme d’engrais adéquats à suivre.

Ils répondent à leurs interrogations et échanges avec eux sur les besoins du sol tout en les conseillant sur la dose à appliquer pour leur exploitation d’olivier. Sur la partie digital, les équipes d’Al Moutmir exposent les applications mises à la disposition des agriculteurs telles que la carte fertilité, l’application MPK, ou encore le simulateur de rentabilité. Des séances de démonstration de l’unité intelligente de production des engrais NPK Blend (Smart Blender) sont au programme pour chacune des étapes de cette opération afin de rapprocher davantage les agriculteurs de l’industrie de fabrication des engrais et promouvoir l’utilisation des engrais sur mesure. Et pour cause, cette unité de production hautement performante, sur la base des analyses des sols et des rendements cibles, permet la production d’engrais adaptés à chaque culture et à chaque sol. Cette troisième phase vise à accompagner plus de 2.000 agriculteurs sur une quarantaine de localités à fort potentiel oléicole.

L’agriculture au féminin

Considérée comme un acteur majeur de la transformation agricole dans notre pays, la femme rurale prend également part à ce programme avec une présence remarquée dans les différents ateliers organisés lors de ces journées. Les femmes agricultrices venant des localités avoisinantes posent leurs questions aux experts sur place et s’informent sur la nature des engrais à utiliser pour leurs exploitations. Mères de familles, divorcées ou célibataires, elles ont pour seule ambition de développer leur culture, comme c’est le cas de Fatma, agricultrice dans l’olivier.

Elle possède une terre d’un hectare et demi dont elle souhaite voir augmenter la productivité. Résultat des analyses du sol à la main, Fatma demande à l’expert présent sur le terrain l’interprétation de ces résultats. Elle confie : «Je suis une femme divorcée et agricultrice dans l’olivier depuis 4 ans seulement. Je vous avoue qu’avant de contacter les experts d’Al Moutmir, beaucoup d’informations nous échappaient. On ignorait l’existence même de ces engrais. Nos connaissances s’avèrent très limitées dans le domaine.

On apprend beaucoup de choses avec ce programme, notamment sur les maladies qui touchent l’olivier et comment irriguer d’une manière raisonnée nos arbres». Et d’ajouter : «Les équipes d’Al Moutmir ont pris les échantillons de sol de mon exploitation et actuellement l’expert m’oriente vers le type et la quantité d’engrais que je dois appliquer sur ma parcelle d’olivier». Pour sa part, Rabha, qui a une exploitation d’olivier de deux hectares et demi qu’elle vient tout juste d’hériter de son père, confie ignorer absolument tout sur la culture de l’olivier.

«Ma présence à ces ateliers va beaucoup m’aider à comprendre cette activité. L’olivier est un arbre qui nécessite des soins particuliers et une meilleure qualité d’engrais pour plus de rendement. Une fois les résultats des analyses du sol sortis j’en saurai plus. Ce contact direct avec les experts et les démonstrations sur place nous offrent une réelle opportunité pour apprendre les bonnes pratiques en matière d’irrigation et d’utilisation d’engrais adaptées à chaque parcelle», souligne l’agricultrice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *