ABN Amro Capital France beaucoup moins active en 2001

Avec 98 millions d’euros d’investissements menés l’an dernier, contre 275 millions un an plus tôt, ABN Amro Capital France n’a guère dérogé à la morosité ambiante qui a gagné le capital investissement l’an dernier, après des mois d’euphorie.
Sur un total de onze prises de participations en 2001, l’équipe s’est notamment distinguée en montant la reprise en LBO (opérations de capital-transmission) de Retif, le leader européen dans le secteur de la distribution spécialisée  » B to B « , auprès d’Alpha & Associés, au terme de laquelle, la firme détient 82 % du holding de reprise, aux côtés du management. Mais, selon Hervé Claquin, responsable de l’entité, l’opération ne semble pas avoir été facile dans sa réalisation.  » Un mois avant la signature, la banque prêteuse (la Société Générale), nous a demandé d’insérer des market flex (les prêts avec des arrangements de market flex signifient que les banques et les emprunteurs partagent essentiellement le risque d’évaluation dans des affaires nouvelles de garantie. Le market flex est un effort de collaboration et coopératif pour qu’une affaire nouvelle puisse être mise sur le marché) », commente le professionnel. Aussi, l’équipe a fait appel à une deuxième banque (Crédit Agricole Indosuez) pour assurer la syndication de la dette.
Pour s’orienter vers des secteurs de services et de la distribution, L’équipe LBO a pris des participations minoritaires dans Bénédicta, Essege et les laboratoires Entéris.  » L’idée étant d’orienter notre stratégie d’investissement vers des secteurs de services et de la distribution « , commente Hervé Claquin. En dépit d’une baisse d’activité, le dernier fonds de 152 millions d’euros, clos en milieu d’année, est investi à 50%. L’équipe capital-risque, composée de quatre professionnels, a réalisé six investissements, dont quatre au deuxième semestre (Optogone, e-Device, Xenocs, Capsule Technologie).
Petite ombre au tableau, la collecte de son quatrième FCPI s’est limitée à 12,6 millions d’euros, avec un objectif initial de 20 millions. Pour 2002, la firme envisage d’ailleurs de commencer sa collecte dès le premier semestre.
ABN Amro Capital France a par ailleurs réalisé 6 cessions, dont 2 partielles (notamment l’introduction en Bourse de la Générale de Santé). Au 31 décembre, le portefeuille comportait 25 lignes. Les fonds sous gestion dans l’activité LBO s’élevaient à 400 millions d’euros et à 70 millions dans le venture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *