Aérien : Consolider les acquis

Aérien : Consolider les acquis

Les profondes mutations que connaît le secteur du transport aérien mettent les institutionnels devant de nouveaux défis. L’Office national des aéroports (ONDA) en est particulièrement concerné. Outre l’incontournable l’examen du rapport d’activité, du rapport financier 2002 et du budget de l’année en cours qui ont été approuvés par le Conseil d’administration, tenu vendredi dernier, celui-ci a été l’occasion pour dresser les nouvelles orientations stratégiques de l’office. Son directeur général, Abdelhanine Benallou, liste les chantiers futurs: développement des ressources humaines, renforcement de la sécurité et mise en place d’une démarche générale « qualité ».
L’amélioration des ressources figure aussi dans le cadre des priorités de l’office, et ceci, à travers la modernisation des outils de gestion et le développement des ressources financières. « Cette démarche doit permettre à l’ONDA de s’inscrire dans une logique de développement durable », précise le DG de l’office. Ce concept devra se traduire par la poursuite du développement des infrastructures aéroportuaires, du système de sûreté et de sécurité de la navigation aérienne ainsi que l’amélioration des méthodes de gestion des aéroports et de l’espace aérien. Présidant le CA, le ministre de l’Equipement et des Transports, Karim Ghellab, s’est montré confiant. Pour lui, il est nécessaire de poursuivre les efforts pour consolider les acquis du secteur du transport aérien.
Objectif : permettre à ce secteur de contribuer efficacement au développement de l’économie et du secteur touristique en particulier. Le ministre a rappelé dans ce cadre le caractère conjoncturel de la situation que traverse le transport aérien depuis les événements du 11 septembre 2001. Une situation qui ne doit pas entraver la poursuite du programme du développement du secteur, devant accompagner les mesures prises par le gouvernement pour la promotion du tourisme.
Dans ce sens, M. Ghellab a appelé à la concrétisation des projets programmés pour les quatre années à venir. Il s’agit notamment des projets de réalisation du nouveau terminal de l’aéroport de Casablanca, de modernisation et d’extension de la couverture radar et de télécommunication à l’ensemble de l’espace aérien sous contrôle national avec une évolution de l’ensemble du système radar vers le mode S, en plus de la modernisation des aéroports de Tanger, Marrakech, Al Hoceima, Essaouira et Dakhla. S’agissant de la libéralisation du ciel marocain, M. Ghellab a indiqué que l’ONDA « doit être l’un des leviers majeurs de la mise en oeuvre de la politique de développement et de libéralisation aérienne. L’objectif étant de permettre au secteur de continuer à répondre aux besoins de l’évolution attendue du trafic aérien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *