Agroalimentaire : Les aviculteurs commencent à s’impatienter

Le contrat-programme de l’aviculture n’a toujours pas vu le jour. Les professionnels du secteur s’impatientent d’autant plus que ce projet visant la mise à niveau de cette filière est finalisé, selon Youssef Alaoui, président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa). «Le dossier est ficelé par les départements ministériels concernés par ce secteur. Aujourd’hui, c’est à la Primature de trancher. La loi n°49-99, qui est effective depuis le mois d’avril dernier, nous fixe comme date butoir le 20 avril 2007. Nous voulons donc signer ce contrat-programme dans les plus brefs délais et entamer la mise à niveau de cette filière rapidement à l’instar du textile, de l’offshoring…», précise M. Alaoui, lors d’une conférence de presse organisée mercredi dernier à Casablanca. Il demande, en substance, qu’une enveloppe de 300 millions de dirhams soit consacrée essentiellement au volet hygiène. «Il faut dire que face à ces 300 millions de dirhams, les investissements engagés dans ce secteur entièrement privé s’élèvent à près de 6 milliards de dirhams. En fait, cette enveloppe sera consacrée aux abattoirs traditionnels pour les aider à se mettre à niveau et à respecter les règles d’hygiène ainsi qu’à la modernisation des moyens d’élevage», ajoute-t-il. Ce budget n’est pas prévu dans la loi de Finances 2007. Les membres de la Fisa le savent et ils ont déjà pensé à un montage financier qui puiserait ses ressources dans le Fonds Hassan II, le Fonds du développement agricole du ministère de tutelle et un Fonds spécial créé par la filière elle-même via un prélèvement sur les intrants.
En fait, ces mesures de modernisations sont prévues par la loi n°49-99 relative à la protection sanitaire des élevages avicoles, au contrôle de la production et la commercialisation de produits avicoles, ainsi que ses textes d’application. Selon cette nouvelle réglementation, les opérateurs de ce domaine disposent d’une période transitoire d’une année à compter du 20 avril 2006 pour se conformer aux dispositions de cette loi. À quelques mois seulement de cette date, les aviculteurs veulent accélérer la cadence. Ce contrat-programme sera donc au menu des rencontres programmées par les professionnels lors du prochain Salon avicole "Dawajine 2006" à Casablanca. Revenant sur la menace de la grippe aviaire, Hamid Benazzou, directeur de l’élevage au sein du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, invite le majorité des professionnels à faire le déplacement. «Le rôle des laboratoires vétérinaires est de plus en plus renforcé et notre stock contre la grippe aviaire s’élève à 19 millions de vaccins. Il faut dire que nous n’avons ménagé aucun effort pour que ce salon se déroule dans un cadre serein», rassure M. Benazzou.


 Dawajine  2006


La 9 ème édition du Salon avicole "Dawajine 2006" se tiendra du 31 octobre au 2 novembre au Centre international d’expositions et de conférences de l’Office des Changes à Casablanca.
Cette nouvelle édition verra la participation de 300 entreprises nationales et étrangères. Près de 12.000 visiteurs sont attendus lors de cette manifestation où les dernières technologies et autres innovations dans ce secteur seront exposées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *