Ahmed Ghazali : «La démocratie participative est une révolution conçue de façon collective»

Ahmed Ghazali : «La démocratie participative est une
révolution conçue de façon collective»

Comment entendez-vous ancrer la culture de  la démocratie participative en animant des conférences qui ciblent le secteur de la microfinance?
Ahmed Ghazali : Al Amana que je préside  est la première association de microcrédit au Maroc et est à l’origine de l’éclosion de la microfinance dans notre pays. Elle représente 50% de l’encours et 50% du nombre total des clients en microfinance. Al Amana est leader  dans ce domaine au niveau de l’Afrique et l’une des dix meilleures institutions de microcrédit au monde. De même, elle contribue à faire évoluer la législation et la pratique dans ce domaine. De ce point de vue, on assume le rôle de facilitateur et leader d’un lobbyisme de qualité et noble afin de convaincre les autorités à aller de l’avant pour donner à la microfinance  la place  qui lui revient dans l’inclusion financière économique et sociale des populations défavorisées et fragilisées économiquement.

ALM : Mais comme tout financement, le microcrédit doit répondre à des critères standard  et rigides qui peuvent  négativement impacter les souches sociales qui sont au centre des débats sur les approches de développement et la démocratie participative…
La microfinance doit satisfaire aux standards de la gouvernance internationale, mais ne doit pas porter son âme. Elle doit contribuer à la consécration des droits de l’Homme économiques et sociaux. Elle doit être surtout bénéfique aux  populations auxquelles elle est destinée. C’est le libellé de ma contribution pour expliquer  les nouveautés contenues dans la nouvelle Constitution en relation avec le concept de démocratie participative qui est aussi un nouveau concept constitutionnel.
La procédure consiste à échanger avec les différents acteurs participatifs   et académiques de l’Oriental les mécanismes d’appropriation de ce  concept collectivement et intellectuellement. Aussi pour voir comment cette démocratie participative constitutionnelle peut être prise en charge, sur le plan humain, par les acteurs qui sont censés contribuer et donner un contenu  réel à cette démocratie participative sur le plan local et sur le plan  spatial à travers la régionalisation avancée. Cette dernière est aussi  un élément nouveau   dans la nouvelle Constitution. La finalité est de savoir  comment rendre cohérent, en pratique, l’ensemble des concepts innovants contenus dans la  nouvelle Constitution.

Vous avez donc  pris votre bâton de pèlerin pour expliciter les concepts et sensibiliser au rôle primordial que peuvent jouer les différents intervenants associatifs dans l’émergence d’une nouvelle culture participative…
La nouvelle Constitution consacre la société civile comme acteur de la démocratie. Dans l’ancienne Constitution, la société civile n’existait pas. La citoyenneté comme acteur de la cité est reconnue constitutionnellement. Aussi, l’émergence de la société civile comme concept collectif de la gestion des affaires publiques est en phase de concrétisation. De fait, la société civile est devenue un acteur incontournable dans la nouvelle Constitution. El là ce n’est pas  une interprétation personnelle que j’avance mais  c’est écrit noir sur blanc. La notion de participation est citée à dix reprises dans la nouvelle Constitution et encourage la société civile à interpeller les gouvernants pour  la mise en œuvre des politiques publiques. En parallèle, des mécanismes nouveaux permettent à cette  société civile de s’exprimer constitutionnellement à propos de la communauté à côté de la société politique et syndicale. Aussi, elle est intégrée dans le jeu global de la société et participe à la mise en œuvre   des politiques en matière de développement tout en assumant sa   responsabilité dans la mise en œuvre d’un projet de société. C’est une révolution en profondeur au niveau de la conceptualisation et de la mise en œuvre des mécanismes d’application. En somme, c’est une révolution conçue collectivement à travers des pratiques responsables et des modalités opérationnelles proposées par les différents acteurs associatifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *