BMCI : Performances remarquables

«L’année 2001 a marqué une nouvelle étape dans notre développement malgré la morosité qui y a régné», a tenu a précisé d’emblée le management de la BMCI à l’occasion de la présentation des résultats, mardi 13 mars 2002. En mettant en avant que ces performances ont été réalisées grâce à la progression des résultats de tous les pôles d’activités de l’établissement, l’Etat-major de la banque s’est félicité de la réussite de la fusion-acquisition de l’ABN Amro Bank Maroc.
Pour l’année 2001, la BMCI a réalisé un résultat net de 305,5 millions de dirhams en augmentation de 49% par rapport à l’année 2000. Ce résultat a presque doublé depuis 1997. Le retour sur fonds propres moyens s’établit ainsi à 18,6 %. Le produit net bancaire, pour sa part a enregistré une croissance de 41% à 1,3 milliards de dirhams. Cette performance a été obtenue grâce à l’évolution de tous les métiers de la banque, notamment les activités d’intermédiation.
Mais aussi, grâce au bon résultat des opérations de marché et le développement soutenu des activités génératrices de commissions comme les opérations de commerce extérieur, la banque d’affaires et la monétique.
Par ailleurs, les ressources ont enregistré un développement exceptionnel de 44,8 % à 22,6 milliards de dirhams portant ainsi la part de marché de la banque en ressources à 9,9 %. Cette bonne performance s’explique par l’extension du réseau d’agences et l’acquisition de l’ex-ABN Amro Bank. En outre, les crédits globaux accordés à la clientèle ont progressé de 15,5% à 23,3 milliards de dirhams. Sur la même période, les crédits par caisse ont évolué de 14,3 % à 17,1 milliards de dirhams. Les dotations nettes aux provisions pour engagements ont atteint 177,6 millions de dirhams en augmentation de 150 % par rapport à l’année 2000. Cette progression s’explique essentiellement par l’intégration du portefeuille de clients de l’ex-ABN Amro Bank Maroc et par la volonté de la BMCI de se situer au niveau des meilleurs standards de la profession en matière de couverture des risques. Le taux de couverture a été relevé de ce fait à 74,5 %.
Interrogé sur le niveau de péréquation des emplois anciens de la banque, Khalid Oudghiri, Directeur général adjoint en charge de la banque commerciale a affirmé que «les bons résultats de la BMCI ne sont pas obtenus grâce à la contribution des flux de ses anciens encours. Le stock, essentiellement constitué de crédit à court terme, est quasiment épuisé». De ce fait, on s’attendra certainement à une croissance soutenue des résultats de l’établissement pour les années à venir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *