Bourse : Les indicateurs toujours en baisse

Selon le dernier bulletin mensuel diffusé par la Bourse de Casablanca, l’indice MASI (ensemble des valeurs de type actions cotées en bourse) a clôturé le mois de juin 2002 à 3119,57 points, soit une baisse de 8,8% par rapport au mois précédent. Pour la même période, le MADEX (valeurs cotées en continu et les plus liquides du marché), a clôturé à 2251,15 points en recul de 11%.
Pour le mois de juin 2002, la capitalisation boursière s’est établie 86 milliards de DH en régression de 8,6% par rapport au mois précédent. Le volume global des transactions de ce mois a atteint 1, 83 milliards de DH dont 1,167 milliards correspondant à l’offre publique de rachat de CIMENTS DU MAROC, indique le rapport de la Bourse.
La tendance à la baisse concerne également le marché central. Ce dernier a enregistré un faible volume de l’ordre 476 millions de DH, soit une baisse de 27,6% par rapport au mois de mai 2002. La plus forte baisse a été enregistrée au niveau du marché de blocs dont le volume a atteint 194 millions de DH en régression de 59%.
Selon le bulletin de la bourse de Casablanca, les valeurs les plus actives durant le mois de juin 2002 au marché central sont : ONA (21,34%), CDM (8,59%) et SONASID (8,16%). A elles seules, elles ont réalisé 38,1% du marché central actions.
Quant aux plus fortes variations de cours à la hausse durant ce mois, on peut citer La MAROCAINE VIE (+21,21%), CDM (+20,93%) et LGMC (+10,40 %). A la baisse, figurent PAPELERA de TETUAN (-30,20%), MAROC LEASING (-19,61%) et MAGHREB OXYGENE (-16,67%).
Parmi les faits marquants du mois juin 2002, il y a lieu de citer l’augmentation de capital de CREDOR par souscription en numéraire réservée aux actionnaires actuels et aux détenteurs de droits CREDOR. Les statistiques diffusées par la Bourse confirment l’ambiance qui règne sur le marché. La place n’arrive toujours pas à sortir du marasme. Depuis près de trois années, elle subit un mouvement correctif sévère qui s’est traduit par une baisse des indices et un affaiblissement des volumes. Les dernières tentatives timides de relancer le marché boursier sont restées sans effets. La situation devient de plus en plus chaotique, alors que tous les acteurs cogitent encore sur les mesures à prendre pour dynamiser la place casablancaise en perte de vitesse. La dernière tentative du Conseil de Surveillance de la bourse pour relancer le marché étonne à plus d’un titre dans la mesure où ses auteurs se sont contentés de rédiger un rapport qui fait le point sur la situation actuelle. Encore un bilan, alors que la dynamisation de la place dépend de mesures concrètes. Chose qui fait toujours défaut.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *