CIH bank : Des résultats semestriels en forte hausse

CIH bank : Des résultats semestriels en forte hausse

L’application de la norme IFRS 9 a induit un impact sur les fonds propres de 229 MDH et une augmentation des provisions de 18,5%, améliorant de ce fait le taux de couverture des créances en souffrance de 11,5 points pour s’établir à 64%.

Le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) superforme. C’est ce qui ressort des résultats semestriels de la banque dévoilés le 6 septembre 2018 lors d’une conférence de presse tenue à Casablanca. Ainsi, le résultat net part du groupe (RNPG) s’élève à 289,2 millions de dirhams (MDH) au premier semestre 2018, soit une croissance de 136,7%. Le résultat net a atteint, quant à lui, atteint 231,7 MDH au premier semestre de l’année 2018, affichant une amélioration de 60,2% par rapport à la même période de l’année dernière «dont le résultat avait été obéré par le dénouement du contrôle fiscal», souligne la direction du Groupe. Hors impact du redressement fiscal de 2017,  la croissance du résultat net social ressort à 16%, relève la même source.

Pour sa part, le résultat net social de Sofac s’établit à 63 MDH avec une progression de 43%. De son côté, le résultat d’exploitation social du CIH a atteint 261,4 MDH enregistrant une hausse de 1%, alors que le résultat d’exploitation de Sofac ressort à 91,6 MDH, en augmentation de 12%. Dans le même sens, le résultat d’exploitation consolidé a atteint 319,4 MDH, en augmentation de 86,5% comparé au premier semestre de l’année 2017, «sous l’effet combiné de la hausse du Produit net bancaire (PNB) et de la baisse du coût du risque», indique le top management du Groupe.

Par ailleurs, la banque a indiqué que le coût de risque consolidé à fin juin 2018 s’est établi à -111,5 MDH, soulignant que l’application de la norme IFRS 9 a induit un impact sur les fonds propres de 229 MDH et une augmentation des provisions de 18,5%, améliorant de ce fait le taux de couverture des créances en souffrance de 11,5 points pour s’établir à 64%. En ce qui concerne le PNB consolidé, il s’est apprécié de 13,7%, à 1,1 milliard de dirhams (MMDH) au premier semestre 2018, tandis que la marge nette d’intérêt (MNI) a atteint 811 MDH, en amélioration de 6,9%. «En social, les PNB de CIH Bank et de Sofac ont évolué respectivement de 12,2 et de 9%», note la direction du groupe bancaire. Concernant le total bilan consolidé, il s’établit à 57,7 MMDH, enregistrant une augmentation de 8,1% par rapport au bilan d’ouverture du 1er janvier 2018. Au niveau commercial, la banque dévoile des dépôts clientèle à hauteur de 34,3 MMDH, soit une augmentation de 23,5% et une collecte de 6,5 MMDH sur une année glissante.

Cette évolution est attribuée à l’augmentation des dépôts à vue de 18,2%, à 25,8 MMDH, et des dépôts à terme de 43% pour s’établir à 8,5 MMDH.

Enfin, le groupe a révélé que les crédits à la clientèle se sont établis à 43,2 MMDH, en hausse de 11,8% comparé au premier semestre de l’année dernière, soulignant que les crédits hors immobilier ont enregistré une amélioration de 28%, à la faveur d’une hausse des crédits destinés à l’entreprise de 38,7% et des crédits à la consommation de 16,1%.

Crédits et financements de projets

S’exprimant lors de la conférence de presse qui s’est déroulée à Casablanca le 6 septembre 2018 pour la présentation des résultats semestriels de CIH bank, Ahmed Rahhou, PDG du Groupe, a expliqué qu’en matière de crédit, la banque continue «de financer les projets, évidemment nous faisons attention à nos partenaires et à nos clients pour qu’il n’y ait pas de surproduction surtout dans les quartiers où nous estimons qu’il y a déjà du stock mais globalement la production continue. D’ailleurs vous pouvez vérifier que nos chiffres en matière d’encours aux promoteurs continuent de progresser. Donc, nous faisons des crédits et il y a des remboursements. Nous estimons qu’il y a des difficultés probablement passagères de diminution de cadence de production, d’écoulement de stock mais nous ne considérons pas qu’il y a une alerte générale sur ce secteur que nous continuons de financer comme avant».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *