Classement Doing Business 2014 : La Fiscalité fait gagner des places au Maroc

Classement Doing Business 2014 : La Fiscalité fait gagner des places au Maroc

Que d’acquis pour le Maroc en matière de création d’entreprise ! En effet, le Royaume a nettement amélioré son processus d’accompagnement des entreprises. C’est ce qui ressort de la dernière édition du rapport «Doing Business» du Groupe Banque mondiale (BM) réalisé conjointement avec la Société financière internationale (SFI) et dévoilé en date du lundi 28 octobre à Washington.

Ainsi, le rapport annuel de référence, intitulé cette année «Doing Business 2014 : comprendre les réglementations pour les petites et moyennes entreprises», a salué les acquis majeurs du Royaume en matière de création d’entreprise, de fiscalité et de transfert de propriété.

Cependant, c’est bien en matière d’impôts que le Maroc s’est le plus démarqué. Ainsi, après avoir été classé 115ème il passe à la 78ème position, soit un bond de 37 rangs. Le rapport explique cet exploit par la réduction du nombre d’impôts imposés aux entrepreneurs, qui passent de 18 à 6 seulement en 2013. Par ailleurs, en matière de facilitation de la création d’entreprise, le Royaume a également amélioré considérablement son classement. Ainsi, en facilitant les procédures administratives ainsi que le délai d’attente pour les entrepreneurs, le pays a gagné 14 places au classement.

Il se hisse désormais au 39ème rang. Aussi, l’étude de la BM n’a pas manqué de relever la facilitation du transfert de propriété des entreprises et des sociétés en réduisant le temps d’enregistrement de l’acte de transfert de propriété.
Cependant, le Maroc est à blâmer dans d’autres domaines, tels que l’octroi des prêts où il s’adjuge le 109ème rang en 2013 contre le 105ème en 2012, ou encore en matière de protection de ses investisseurs où il recule de deux places pour se positionner au 115ème rang en 2013.

À noter que le Doing Business 2014 est arrivé à ces conclusions, en comparant le climat des affaires de 189 économies mondiales avec quatre de plus qu’en 2012, à savoir la Libye, le Myanmar, le San Marin et le Soudan du Sud. Plus techniquement parlant, il s’agit des règlementations entourant 11 étapes de la vie d’une entreprise qui sont évaluées, en l’occurrence : la création d’entreprise, l’obtention du permis de construire, le raccordement à l’électricité, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’exécution des contrats, le règlement de l’insolvabilité et enfin l’embauche de travailleurs.

C’est ainsi que l’étude de la BM a constaté que les gouvernements à travers le monde ont sensiblement accéléré le rythme d’amélioration de la réglementation des affaires dans 114 économies l’année dernière, une progression de 18% par rapport à 2011-2012, créant ainsi les bases pour le développement de l’activité des entrepreneurs locaux.

Aussi, le rapport, qui signe la 11ème édition de la série annuelle «Doing Business» sur la facilité de faire des affaires, a relevé 238 réformes de la réglementation des affaires au cours de l’année dernière, tout en constatant que le rythme des réformes de la réglementation des affaires continue de s’accélérer à la suite de la crise financière de 2008-2009.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *