Conférence internationale à Ifrane : La migration dans tous ses états

Conférence internationale à Ifrane : La migration dans tous ses états

A Ifrane, les débats sur la migration et le développement se sont poursuivis, les 18 et 19 mai, dans le cadre de la 6ème conférence internationale consacrée à ce thème et dont les travaux ont été lancés jeudi dernier à Rabat.

Une manifestation purement scientifique et académique pendant laquelle un éventail de chercheurs issus de différentes nationalités se sont donnés rendez-vous, à l’université Al Akhawayn, pour partager leurs réflexions sur la question migratoire avec les responsables et spécialistes marocains afin d’en tenir compte dans la vision en phase d’élaboration en faveur de nos concitoyens à l’étranger.

Le ministre marocain en charge de ce département, lui, trouve que «les politiques visant à contrôler la migration devraient être complémentaires». Pour Abdellatif Maâzouz, qui a également rappelé le partenariat entre le Maroc et l’Union européenne, notamment dans son volet relatif à la mobilité internationale, le développement devrait être conçu
comme processus solidaire qui tient compte des compétences humaines. D’où l’intérêt, selon certains participants aux différents ateliers programmés lors de la conférence, d’opter pour une migration circulaire qui pourrait constituer une solution au phénomène de la fuite des cerveaux. Ce concept de migration circulaire, qui semble actuellement abstrait et qui a tendance à prendre de l’ampleur, consiste entre autres à faciliter constamment la migration à l’étranger, le retour aisé au pays d’origine et ainsi de suite.

Ceci étant, les étudiants constituent, selon certains participants au débat, la catégorie la plus qualifiée dans le processus de migration.
L’éducation du pays de destination étant l’un des facteurs attrayants.

D’autant plus que le retour demeure étroitement lié aux options d’études faites à l’étranger. Aussi la mentalité et la volonté de ces migrants constituent en quelque sorte des éléments contribuant au retour de ces communautés à leur pays d’origine.

De par ces constats, le phénomène migratoire est jalonné de méandres qui en font une question relativement abstraite et complexe. Quand même, les participants à la 6ème conférence internationale sur la migration et le développement, qui est, rappelons-le, organisée, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, par le groupe de recherche de la Banque mondiale,

le ministère chargé des MRE, le Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée, l’Agence française de développement et le Center for global development, ont tenté de faire leur apport pour que les autorités marocaines puissent y voir clair !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *