Dans un marché morose en 2012 : Risma s en sort avec les honneurs

Dans un marché morose en 2012 : Risma s en sort avec les honneurs

Nous vous l’avions déjà dit, Risma sait tirer son épingle du jeu. Opérant dans un secteur sensible aux conjonctures, Risma a, en dépit d’une très difficile année 2012, performé et poursuivi ses plans de développement. «Sur l’exercice 2012, Risma a surperformé le marché sur l’ensemble des principales villes avec un taux d’occupation sur le parc Risma de 60% contre 40% pour le Maroc. Aussi, nous avons bouclé notre plan de développement sur le segment haut de gamme avec l’ouverture du Sofitel Thalassa Agadir Sea et Spa en mars et du Sofitel Casablanca Tour Blanche en juillet», a expliqué Amine Echcherki, président du directoire de Risma. Ainsi, l’année a été bouclée en beauté.
En effet, ces performances conjuguées aux revenus générés par les nouvelles ouvertures a permis à Risma de réaliser un chiffre d’affaires consolidé de 1,295 milliard de dirhams, en progression de 10% sur le périmètre actuel et en quasi-stagnation à périmètre comparable. En publié, l’excédent brut d’exploitation, à 443 millions de dirhams, est en recul de 9% impacté par les coûts de lancement des nouvelles unités ouvertes en 2012, ainsi que la sous-performance de 3 unités hôtelières, à savoir Coralia Club Agadir, Mercure Ouarzazate et Ibis Essaouira. S’agissant du résultat net part de groupe, Risma affiche un fléchissement de 199 millions de dirhams impacté par des frais de restructurations 2012. «En plus de l’impact des hôtels en ouverture sur 2012, le RNPG a été impacté par les frais de restructuration engagés en 2012 afin d’assainir le portefeuille de Risma sortir ainsi du périmètre des trois unités déficitaires et optimiser les frais d’exploitation de certains hôtels. À cela s’ajoutent les pertes affichées par la Société d’aménagement d’Essaouira Mogador avec le ralentissement de la promotion immobilière en raison de conjoncture non favorable», a expliqué pour sa part Marc Thépot, vice-président du directoire de Risma.
Ainsi, dans la décomposition du résultat net part du groupe au 31 décembre 2012, on retrouve une hausse de 74 millions de dirhams de résultat net qui provient de l’exploitation du parc arrivé à maturité et un recul de 116 millions de dirhams de résultat net qui provient de l’exploitation des hôtels en ouverture pénalisés par le poids des frais de pré-ouverture, des amortissements et des frais financiers. Aussi, Risma fait état d’une baisse de 27 millions de dirhams de résultat net qui provient des hôtels sortis du périmètre de Risma, une autre de 48 millions de dirhams de résultat net qui provient principalement des frais de restructuration sur 2012, un fléchissement de 62 millions de dirhams de résultat net qui trouve son origine dans la quote part dans le RN de Saemog et enfin un recul de 20 millions de dirhams représentant les coûts de structure. En matière de projets, comme on ne change pas une stratégie gagnante, le Groupe Risma annonce l’ouverture d’un nouvel Ibis à Casablanca et l’ouverture, à horizon 2014, de 8 nouveaux Ibis Budget en partenariat avec le géant Akwa.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *