Eblouissements… du portefeuille !

Eblouissements… du portefeuille  !

Le débat est ouvert depuis bien longtemps, régulièrement la presse s’en fait l’écho… à n’en pas douter nos édiles connaissent la rengaine et ne savent plus par quel bout de la lorgnette prendre le “bébé »… je voudrais parler des taxis J’évacue avec vélocité…. Sic…. le problème des « grands taxis »!
Car qui n’a pas pris la route et n’a pas été doublé par un de ces grands vaisseaux brinquebalants chargés à mitraille…. n’a donc pas connu le « grand frisson » … dans la série  » la mort au trousse ».
Dernièrement au volant d’un « pot de yaourt, genre voiture économique » je roulais vaillamment à 100 à l’heure je le confesse… mais en rase campagne du côté de Fès…
J’ai pu alors constater tout au long de mon périple qu’un honorable membre de cette profession au long cours s’était vu arrêté 2 fois par la Gendarmerie pour excès de vitesse et autres billevesées…
Pour finalement me doubler une troisième fois dans un tournant à l’approche d’un pont ! alors qu’un gros camion arrivait en face ! On a les frissons que l’on peut ! je parle des miens… ce chauffard en me doublant m’a paru hilare ! No comment…
Je vous entretiendrai plus en détail aujourd’hui des moeurs de nos « taxis de ville » assez exotiques et délirantes aussi !
En vous détaillant, les 10 commandements qui président au « mal » fonctionnement de cette honorable corporation ! (principalement dans les villes touristiques).
* Le client, tu ne prendras que s’il te convient !
* Le même client, ne monteras que s’il va dans la direction qui t’intéresse
* Ton taxi, tu le conserveras bien de bric et de broc !
* Le compteur, tu ne l’enclencheras que si cela te plaît !
* Ta tenue vestimentaire, tu l’interpréteras au gré des jours !
* Ton aspect physique, tu feras tout pour rester « brut de décoffrage » !
* La musique, tu l’asséneras (très très fort) suivant ta mauvaise humeur !
* La monnaie pour rendre au client, tu éviteras évidemment !
* Spécialement aux abords des grands hôtels, tu factureras le temps d’attente ?
* Client de restaurant, tu le conduiras ou tu l’auras décidé (au gré des commissions) !
A Marrakech, on en est arrivé à un tel point de  » non-retour » que les clients d’ hôtels « avisés » de ces moeurs sélectives et non moins délétères préfèrent arpenter le trottoir plutôt que de prendre ces « petits taxis » Dernière aventure vécue par un couple de touristes pris en charge à « La Mamounia » qui devaient se rendre à Riad Zitoun J’did, l’aimable  » homme de l’art automobile » les a trimballés par Gueliz, Bab Jdid et Palais royal pour finalement les « débarquer » à la Baladia de la kasbah / coût 80 Dh… prix d’une course normale avant 20 H si l’on veut bien y aller tout direct… 6/8 DH ! A qui profite le crime ? Pas au Maroc en tous les cas, çà se saurait ! Nos amis taxis prouvent une nouvelle fois qu’entre deux points donnés, la ligne droite n’est pas toujours, pour eux, le meilleur chemin… pour notre portefeuille, si !

• Pandore

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *