Economie : La reprise se précise

Economie : La reprise se précise

Le ministère de l’économie et des finances confirme la reprise. En effet, dans sa note de conjoncture de ce mois d’octobre, éditée par la Direction des études et des prévisions financières, le ministère est formel. Après un redressement de la situation économique nationale au deuxième trimestre de l’année en cours, les indicateurs conjoncturels disponibles relatifs au troisième trimestre confortent la bonne orientation de l’activité économique dans son ensemble. Une reprise qui trouve son origine, d’une part, dans le redressement progressif de l’activité de la zone euro, principal partenaire commercial du Maroc.

Une situation qui se traduit par la bonne tenue des exportations marocaines, particulièrement hors phosphates et dérivés, et la hausse des recettes de voyages et des transferts des MRE. D’autre part, la reprise vient de la performance des activités primaires et tertiaires qui continuent à afficher des résultats positifs tout au long de l’année 2013 alors que les activités secondaires ont montré, progressivement, des signes d’amélioration qui se confirment au troisième trimestre de cette année.

Aussi, le ministère rappelle que tous les secteurs sont engagés dans cette dynamique de reprise. C’est ainsi qu’au niveau du secteur agricole, pour capitaliser sur les bons résultats atteints jusqu’alors au niveau du Plan Maroc Vert et permettre un bon lancement de la campagne 2013-2014, une série de mesures a été entreprise visant, notamment, l’approvisionnement du marché en quantités suffisantes de semences sélectionnées et d’engrais, la poursuite du programme d’assurance multirisque agricole sur une superficie de 600.000 hectares et la poursuite du programme national d’économie d’eau pour l’équipement de 50.000 hectares supplémentaires en irrigation localisée.

Cette même campagne agricole sera marquée, également, par l’extension des aides financières dans le cadre du Fonds de développement agricole à 17 nouvelles espèces fruitières, aux équipements de pompage à énergie solaire et à la promotion des exportations agricoles. Au niveau du secteur de la pêche, le volume et la valeur des débarquements de la pêche côtière et artisanale se sont raffermis, respectivement, de 11,1 et de 5,8% en glissement annuel à fin septembre 2013.

Dans le même trend haussier, les ventes de ciment, principal baromètre de l’activité du BTP, ont affiché une hausse de 3,4%, en glissement annuel, au troisième trimestre 2013, après des baisses respectives de 20,8 et de 4% au premier et au deuxième trimestres de la même année, augurant d’une relative reprise du secteur après un début d’année difficile, caractérisé par des conditions climatiques défavorables au secteur et par un ralentissement conjoncturel des activités immobilières. C’est ainsi qu’à fin septembre 2013, la consommation de ciment a affiché une baisse de 8,2%, après un recul de 11,7% à fin juillet 2013.
Pour sa part, le secteur touristique a montré une bonne orientation en glissement annuel, consolidée par une forte appréciation au cours du mois d’août 2013. Le nombre d’arrivées touristiques s’est renforcé de 7% et celui des nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés de 9% à fin août 2013. Au cours du seul mois d’août, le nombre d’arrivées a progressé de 35%, en lien avec la hausse du nombre de touristes étrangers de 15% et des MRE de 50%, et le nombre de nuitées de 28%, en rapport avec l’amélioration des nuitées des non-résidents de 16% et de celles des résidents de 55%.
Dans le même sillage, les indicateurs de la Bourse de Casablanca ont maintenu leur tendance baissière au cours du troisième trimestre 2013, avant d’enregistrer un rebond technique au cours du mois de septembre. Les deux indices Masi et Madex ont atteint leur plus bas niveaux le 29 août, enregistrant des baisses respectives par rapport à fin décembre 2012 de 10,7 et de 10,9%, avant de s’orienter à la hausse et clôturer le trimestre sur une hausse de 3,1% chacun par rapport à fin août 2013 et ramenant, ainsi, leurs replis par rapport à fin décembre 2012 à moins de 7,3% et moins de 7,5% respectivement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *