Énergie : Samir : Un résultat net en chute de 20,9%

Difficile premier semestre pour la Samir.  La Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (Samir) a subi de plein fouet les fluctuations du cours du pétrole durant les six premiers mois de cet exercice. Son résultat net s’est établi à 208 millions de dirhams, en baisse de 20,9% par rapport à la même période de l’année précédente. Les indicateurs financiers semestriels de cette société ont été ainsi  impactés par la volatilité du cours du pétrole. Durant la semaine dernière, les prix de l’or noir ont marqué des records. Le pétrole new-yorkais a percé, jeudi dernier, pour la première fois de son histoire, le plafond des 84 dollars, se hissant même à 84,10 dollars.
«Dans un contexte international marqué par la volatilité des cotations du baril du pétrole et par la détérioration des marges de raffinage pour les raffineries du type simple, la Samir affiche donc des résultats semestriels en dépréciation», selon une récente note d’information de BMCE Bourse. Durant le premier semestre de cette année, ce raffineur a réalisé un chiffre d’affaires de 14,6 milliards de dirhams contre 14,28 milliards de dirhams en comparaison avec la même période de l’année dernière.  La chute à hauteur de 20,9% du résultat net de la Samir a ramené la marge nette à 1,4 %, en contraction de 0,4 point. Cette baisse est expliquée aussi par les frais engagés de modernisation.
«Notons que l’état d’avancement des travaux de construction du projet de modernisation de la raffinerie de Mohammedia atteint 62% à fin août 2007, pour des dépenses cumulées de 3,5 milliards de dirhams», souligne la même source.
Pour de nombreux analystes internationaux, la flambée des prix devrait se poursuivre jusqu’à la fin de cette année. La banque américaine Goldman Sachs table sur un baril à 85 dollars à la fin de l’année, avec «la forte probabilité d’un pic à 90 dollars» entre-temps, et prévoit 95 dollars le baril pour la fin 2008.  Au Cambridge Energy Research Associates (Cera), on n’exclut pas «un accès de fièvre» avec une stabilisation des prix «autour de 75 dollars le baril au 4e trimestre».
Au Maroc, et sur la Bourse des valeurs, l’action la Samir a connu une évolution en dents de scie.  Elle a commencé cette année à près de 820 dirhams, grimpant jusqu’à 1104 dirhams loin de sa barre historique à 1130 dirhams. L’action la Samir a terminé vendredi dernier à 820 dirhams (Voir tableau). À la lumière de ces résultats financiers semestriels, les experts de la place casablancaise conseillent aux investisseurs d’alléger leur portefeuille. «Dans l’attente de la mise en marche de ses nouvelles installations prévues au début 2009, nous changeons notre recommandation de conserver à alléger le titre Samir dans les portefeuilles», selon les analystes de BMCE Bourse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *