Énergie : Tanger, une ville dans le vent

Énergie : Tanger, une ville dans le vent

Tanger s’apprête à abriter un parc éolien d’une capacité de 140 MW. Le contrat de réalisation du projet a été signé vendredi 9 février dans la capitale du détroit par Younès Mâamar, directeur général de l’Office national d’électricité (ONE) et Inigo Gimenez, P-DG du groupe espagnol Gamesa-Eolica, Retenue à l’issue d’un appel international à concurrence, cette entreprise a été chargée de l’installation de ce parc composé d’aérogénérateurs d’une puissance nominale unitaire supérieure ou égale à 850 KW. Ces appareils seront implantés dans deux zones, Dhar Saâdane (310 ha) à 22km au sud-est de Tanger et à Beni Mejmel (100 ha) à 12 km à vol d’oiseau à l’est de la ville. Doté d’un investissement global de 250 millions d’euros, cet espace permettra une production annuelle moyenne de 526,5GWH lors de sa mise en service prévue au premier trimestre 2009. 
Le projet compte également des appareils de contrôle, de commande, de mesures et de protection, un bâtiment pour la télésurveillance et la télécommande du parc, un système de télésurveillance par satellite et une installation météorologique. Des pistes seront aussi aménagées pour desservir les éoliennes sur une distance de 35 km.
Lors de la présentation du projet, l’accent a été mis sur le caractère écologique du projet. En effet, il permettra d’économiser annuellement 120.000 tonnes de fioul et d’éviter l’émission de 470.000 tonnes de gaz à effet de serre (CO2) par an.
Mohamed Boutaleb, ministre de l’Energie et des Mines, a souligné que le projet de Tanger s’inscrit dans le cadre du programme national de diversification des produits énergétiques pensé et initié par le Royaume il y a 25 ans.
Le ministre a déclaré que le parc éolien de Tanger constitue une avancée importante vers la réalisation des objectifs tracés et que d’autres projets similaires verront le jour sur l’ensemble du territoire national, notamment à Essaouira et à Ouarzazate.
«Grâce à son apport en capacité de production, le projet de Tanger permettra aussi de renforcer la coopération énergétique avec l’Espagne à travers l’interconnexion à travers le détroit», a souligné le ministre.
Le choix porté sur la région de Tanger a été fondé par son important potentiel durant toutes les saisons. Les responsables de l’ONE indiquent, à cet égard, que les mesures effectuées révèlent une puissance de vent d’une moyenne de 9 mètres par seconde ; une puissance amplement suffisante pour faire tourner les hélices géantes des éoliennes.
Le montage financier du projet est constitué d’un prêt espagnol de 100 millions d’euros, d’un prêt de 80 millions d’euros contracté auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) et d’un autre d’un montant de 50 millions d’euros accordé par la Banque allemande KFW. Le reliquat est assuré par des fonds propres de l’ONE.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *