Énergie : Travail : le BIT loue la loi marocaine

Énergie : Travail : le BIT loue la loi marocaine

«M. le ministre,

De retour à Genève, je suis très heureux de raviver le souvenir de mon séjour au Maroc, marqué par votre accueil d’une extrême gentillesse. Vos nombreux témoignages d’estime et d’amitié m’ont profondément touché et je vous en remercie vivement.
Les passionnants échanges que nous avons eus, notamment sur la législation du travail, la lutte contre le travail des enfants, l’égalité des genres, l’emploi des jeunes, la formation et le lancement de l’assurance-maladie obligatoire ont montré votre capacité à faire avancer le concert de grands chantiers sociaux. Je mesure l’ampleur de l’ambition qui anime votre Gouvernement et salue votre détermination à promouvoir le développement humain.
Le débat nourri auquel j’ai eu le plaisir de participer, en votre présence, lors de la réunion avec les représentants des partenaires sociaux, m’a permis d’avoir une vision d’ensemble du degré de concertation et du climat de confiance qui font la force du dialogue social marocain.
Ce fut également pour moi un inestimable encouragement que de relever la conviction politique et l’engagement personnel du Premier ministre, Driss Jettou, dans le recours au tripartisme comme un instrument-clé pour apporter une réponse nationale aux contraintes des règles actuelles de la mondialisation, trop souvent injustes pour les pays en développement, et réussir la phase de transition dans laquelle le Royaume du Maroc s’est résolument engagé.
Attachant la plus grande importance à notre coopération avec votre pays, soyez assuré que j’aurais toujours à cœur de veiller à ce que l’OIT reste à votre écoute et vous accompagne dans toute action que vous jugerez utile pour mettre en œuvre l’Agenda du travail décent.
Je tiens, enfin, à vous réitérer mes plus chaleureuses félicitations pour votre élection à la présidence ainsi que pour le succès de la 33ème session de la Conférence arabe du travail.

Dans l’attente de vous revoir prochainement, je vous prie de croire, monsieur le ministre, en l’assurance de ma haute considération».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *