Événement : 100 millions DH pour développer les NTIC

Le contrat-programme des technologies de l’information et de la communication 2006-2012 va finalement voir le jour. Après plusieurs reports, dus notamment au volet financier, la signature de ce contrat entre le gouvernement et l’Apebi (Association des professionnels des technologies de l’information) est prévue aujourd’hui mercredi 20 septembre à Skhirat. La signature de ce document devait avoir lieu aux Assises de l’Internet au mois de novembre 2005. Et c’est le financement de cette stratégie qui a retardé de presque une année le lancement de ce programme pour le développement de ce secteur.
L’Apebi qui demandait au départ à l’Etat une enveloppe budgétaire de 2,4 milliards DH s’est contenté finalement de 100 millions DH. «C’est vrai !  Le gouvernement prévoit une dotation de 100 millions Dh au lieu des 2,4 milliards Dh que nous avons demandés initialement. Il faut dire aussi que sur le plan pratique, nous préférons procéder par étapes. Le reste est prévu pour les années à venir en fonction des indicateurs de réalisations», précise Bachir Rachdi, président de l’Apebi.
Pour ce contrat-programme, les secteurs éligibles sont les télécommunications, les techniques et technologies logicielles, les services innovants à base de technologies émergentes et l’électronique.
«Pour la promotion du secteur, une enveloppe budgétaire de 10 millions Dh annuelle est programmée. Le montant global du financement de cette stratégie est de 750 millions DH», note M. Rachdi.
En effet, les membres de cette association prévoient 5,8 milliards DH de recettes fiscales entre 2006 et 2012. Et ces 750 millions DH seront répartis sur une période de cinq ans. La cadence des investissements devrait suivre ce rythme : 45 millions Dh en 2006, 85 millions DH en 2007, 120 millions DH en 2008, 220 millions Dh en 2009 et 280 millions DH en 2010.  Pour les fonds nécessaires pour cette stratégie, les initiateurs de ce projet tablent en plus des dotations de l’Etat sur le Fonds Hassan II, l’Union européenne, la Banque mondiale et d’autres institutions tel que le PNUD. «Parmi les raisons du retard qu’a connu ce contrat-programme, il y a la volonté de faire adhérer et aussi de décliner des mesures applicables», tient à noter le président de l’Apebi.

Apebi : rupture positive

L’Association des professionnels des technologies de l’information  (Apebi) parle de «rupture positive» dans ce contrat-programme. «La réflexion menée par les membres de l’Apebi est basée sur une projection septennale», annonce-t-on. Ainsi, le Maroc génèrera d’ici 2008 3 milliards de dollars du chiffre d’affaires annuellement dont plus d’un milliard à l’exportation. Le secteur permettra de créer 100 000 emplois et 360 000 emplois indirects.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *