Filière arganier : Démarrage bien réussi du projet Refam

Filière arganier : Démarrage bien réussi  du projet Refam

La première phase du démarrage du projet renforcement économique des femmes de la filière arganier (Refam) a été marquée par le lancement d’une série d’actions au niveau des trois régions concernées. Celui-ci est mis en œuvre par la firme canadienne CowaterSogema en collaboration avec l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA).
La phase de démarrage du projet a permis de réaliser une étude sur la représentativité des femmes dans la filière arganier. Les recommandations de l’étude ont été intégrées au Plan de travail de l’an 2 du projet, sachant que l’un des objectifs de Refam est la promotion des femmes vers des postes de décisions au sein de la filière et l’amélioration de leurs conditions de travail.

Les termes de références pour le développement d’un Système d’information géographique (SIG) ont été développés, de même que ceux pour la réalisation de deux études de marché : une étude nationale et une étude internationale. Le SIG permettra une meilleure gestion de la forêt arganière. L’étude de marché internationale permettra d’identifier un nouveau marché d’exportation. Cependant, l’activité la plus importante des deux derniers mois a été la campagne de sensibilisation auprès des ayants droit. Plus de cinquante rencontres à travers la Réserve de biosphère arganière (RBA) ont été organisées afin de bien informer les antennes des Associations provinciales d’Ayants droit (APAD) et leurs bureaux de la teneur du projet Refam. «La campagne interrompue en août reprendra fin septembre au niveau des communes et des douars afin d’y rencontrer les femmes qui font la collecte des fruits de l’arganier. L’objectif dans un premier temps est d’aider ces femmes, les premières bénéficiaires du projet, à s’organiser et à se regrouper en coopératives de collecte. Au cours de sa phase de démarrage, l’équipe Refam a acquis une meilleure connaissance de la filière arganier, de ses acteurs et de ses enjeux. Elle a retenu une approche de développement des capacités centrée sur le mentorat et l’accompagnement de proximité, en complément de l’approche genrée fondamentale au projet», apprend-on auprès de CowaterSogema. D’une valeur de 11,5 millions de dollars, le projet Refam s’échelonnera sur quatre années. Il a pour objectif de contribuer à la croissance économique durable au Maroc à travers trois grands volets: l’autonomisation économique des femmes dans la filière de l’arganier par le renforcement des capacités et des connaissances des femmes de la filière, l’appui à l’amélioration du contexte institutionnel, de la compétitivité, de l’innovation et l’accès au marché, ainsi que la promotion des attitudes culturelles et sociales favorisant la prise de décision économique des femmes.

Le projet intervient dans la RBA, écosystème dynamique où de nombreuses actions de développement et de protection sont mises en œuvre visant la gestion rationnelle et durable de l’espace pour le bien-être de sa population et la préservation de ses ressources naturelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *