Formation : Plan d’attaque de l’ANAPEC

Formation : Plan d’attaque de l’ANAPEC

L’ANAPEC (Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences) affiche ses ambitions : Insérer 200.000 chercheurs d’emploi à l’horizon 2008. Pour atteindre ce chiffre, l’agence a d’ores et déjà ficelé son plan d’attaque qu’elle vient d’entériner lors de son dernier conseil d’administration tenu mardi dernier. Il s’agit d’un plan de développement couvrant la période 2006-2008 et qui s’est lancé avec comme défi de quadrupler les réalisations de l’ANAPEC en l’espace des trois années à venir.
L’entreprise est certes de taille, mais le directeur général de l’agence, Hafid Kamal, est confiant. Les réalisations de l’ANAPEC en ces quatre premiers mois de l’année 2006 annoncent en effet la couleur : 13.000 placements en entreprises ont pu être réalisés sur cette période. Soit l’équivalent de plus de la moitié des insertions effectuées l’année dernière et qui étaient de l’ordre de 20.000.
Il faut croire que les mesures de promotion de l’emploi initiées par l’ANAPEC commencent à porter leurs fruits. Il s’agit de trois mesures-phares.
La première vise les diplômés de la formation professionnelle (Bac et +). Les entreprises qui adhéreront à un tel programme, dans le cadre du contrat-insertion, bénéficieront d’une exonération fiscale (IGR, CNSS, TFP).
Cette mesure, démarrée depuis le mois de janvier 2006, commence à faire ses preuves. En effet, à fin avril, 13.000 insertions ont été réalisées à travers l’ANAPEC, dont 5.500 contrats d’insertion.
La seconde action vise l’appui à la création des TPE (très petites entreprises). L’agence s’est fixée comme objectif d’aider à créer 30.000 TPE d’ici 2008. Elle prévoit, entre-autres, un accompagnement des porteurs de projets dont l’investissement est inférieur à 250.000 DH. Le dispositif prévoit l’assistance, préalable et postérieure, à la création par les structures d’accompagnement (10 000 DH d’honoraires pris en charge par l’ANAPEC). Des facilités d’accès au crédit sont également prévues. Une avance sans intérêt (à hauteur de 10 % du montant de l’investissement et dans la limite de 15.000 DH), remboursable en 6 ans avec trois ans de grâce, a été également négociée avec les banques de la place.
Mais l’ANAPEC compte avant tout sur la simplification du statut juridique de la SARL, dont le capital a été diminué de 100.000 à 10.000 DH, pour encourager la création des TPE. Le démarrage de toutes ces mesures d’appui est prévu pour le mois de mai prochain.
L’agence a, par ailleurs, mis en place une troisième mesure qui a pour objectif d’améliorer l’employabilité. Cette mesure vise à faire face à l’inadéquation entre les profils des demandeurs d’emploi et des postes existants, et cela à travers la reconversion de ces profils. 50.000 profils devront ainsi bénéficier, d’ici 2008, de formations à la carte ou de formations qualifiantes ou de reconversion (FQR). Les gestionnaires de l’ANAPEC ont du pain sur la planche, mais les réalisations commencent à se faire sentir. D’ailleurs, un vaste plan de modernisation et de réorganisation de l’ANAPEC est aujourd’hui enclenché afin de mener à bien toutes ces mesures.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *