Groupe Crédit Agricole du Maroc élargit sa sphère de partenariat

Groupe Crédit Agricole du Maroc élargit sa sphère de partenariat

Le 1er mai n’a pas été un jour de repos au SIAM, particulièrement pour le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM). L’institution bancaire, orientée agriculture et monde rural, a conclu, en cette date, 4 conventions avec l’Office de la formation professionnelle et la promotion du travail (OFPPT). Des partenariats en vertu desquels les deux parties s’engagent à développer leur coopération en termes de valorisation du capital humain, de formation continue, de l’assistance au recrutement et de l’accès au financement des TPE.

La première convention-cadre, ratifiée par Tariq Sijilmassi , président du directoire du GCAM, et Larbi Bencheikh, directeur général de l’OFPPT, définit les conditions et les modalités du partenariat pour le développement de programmes de formation continue, de perfectionnement et d’assistance au profit du Groupe Crédit Agricole. Le personnel du Groupe Crédit Agricole du Maroc pourra, ainsi, s’inscrire en cours du soir dans les spécialités dispensées par les établissements de formation de l’OFPPT. Pour sa part, GCAM améliorerait les accords de crédits aux TPE pour les projets accompagnés par l’Office.

Le Groupe bancaire s’engage, par ailleurs, à recruter les lauréats de l’OFPPT, et ce selon les besoins en profils du Groupe. Crédit Agricole accueillerait également les stagiaires de l’Office pour des stages de découvertes ou de fin de formation, leur offrant ainsi la possibilité de renforcer leurs acquis professionnels et de contribuer au développement de leur employabilité. Les trois autres conventions scellées portent sur la formation continue des directeurs de points de vente, des chargés de clientèle, des guichetiers et des assistantes de direction à l’échelon national. Dans une logique de développement de compétences, l’OFPPT mettra en place un plan d’action de formation en cours du soir au profit des collaborateurs du groupe Crédit Agricole. Les deux parties contribueront, en outre, à l’amélioration de l’entrepreneuriat et le développement régional, à travers l’implantation de projets porteurs et à valeur ajoutée.

Loin du volet formation, le GCAM a profité de sa participation au SIAM afin de réitérer son engagement en faveur de la promotion de certaines filiales. En marge de cette 10ème édition, GCAM a conclu des conventions en vue d’accompagner et financer l’amont et l’aval de la filière de la riziculture, et ce en promouvant les actions scientifiques de la Fédération interprofessionnelle du riz ainsi que les actions promotionnelles de la filière.

La deuxième convention concerne, pour sa part, le financement et l’accompagnement de l’Agence de développement agricole (ADA) à travers la mise en place d’une offre bancaire adaptée en faveur des projets agricoles, agro-industriels, para-agricoles ou encore ceux concernant le milieu rural.

Le département de Tariq Sijilmassi a, également, signé avec Sonacos-Finis une convention de partenariat visant le financement et l’accompagnement des agriculteurs en vue de faciliter leur accès aux intrants commercialisés par la Sonacos.

Au niveau international, le GCAM a scellé deux accords-cadres avec les Pays-Bas en vue de développer la filière laitière. Le premier accord-cadre est destiné à régir et à renforcer la coopération entre le Maroc et les Pays-Bas dans le domaine du développement de l’élevage bovin laitier.

Le deuxième cadre de partenariat porte, quant à lui, sur la mobilisation de l’assistance technique hollandaise au profit des petites coopératives laitières de la région de Doukkala, clientes du GCAM.

Dans une optique africaine, le GCAM s’est allié à la Caisse nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCA) . Le but étant de mettre en place un partenariat technique et financier mutuellement profitable.

A cet égard, les collaborateurs des deux banques pourront effectuer des visites croisées d’échange d’expériences ainsi que des missions d’assistance ponctuelles. Ce partenariat a également trait à l’exploration de toutes les formes d’accompagnement financier qui pourraient être profitables aux deux banques, et ce via la mise en place de lignes de financement ou des prêts interbancaires.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *