novembre 23, 2017

 

Guelmim: L’Agence urbaine défend son bilan

Guelmim: L’Agence urbaine défend son bilan

L’Agence urbaine de Guelmim-Smara (AUGS) a tenu la semaine dernière son conseil d’administration, consacré à l’examen des activités de l’Agence en 2015, son programme d’action pour 2016 et son plan prévisionnel pour la période 2016-2018.

Dans son intervention, Mohamed Nejjar, directeur de l’AUGS, a souligné que plus de 1.100 demandes d’autorisation de construire, de lotir, de créer des groupes d’habitations et de morceler ont été approuvées dans les provinces de Guelmim, Tan Tan, Tata, Assa-Zag et Smara. Ces demandes se répartissent, selon le type de projets, entre 1.695 dossiers dédiés aux micro-projets, dont 1.090 ont été approuvés (+9% par rapport à 2014) et 124 dossiers pour les grands projets, dont 77 ont été validés (+10%).

En termes de répartition géographique, M. Nejjar a souligné que sur l’ensemble des demandes reçues, 1.001 ont été enregistrées à Guelmim, 451 à Tata, 328 à Tan Tan et 39 à Assa-Zag, tandis qu’une seule demande a été déposée dans la province de Smara.
Au niveau de l’étude des projets d’investissement, l’Agence urbaine a approuvé 11 dossiers sur 17 examinés, dont 6 portant sur des projets touristiques et 6 autres dédiés aux unités résidentielles, tandis que 3 dossiers concernent des projets agricoles, un dossier sur un projet industriel et un autre sur divers autres projets.
Par ailleurs, il a été procédé, au niveau de la province de Guelmim, à l’approbation du plan d’aménagement de la commune de Tagant et du plan de restructuration des quartiers Sounh et Adoun à Tata, la transmission du projet de restructuration du quartier El Massira 2 à Bouizakarne aux services du conseil communal, le lancement de la restructuration de Hay Rahma à Tan Tan et le suivi des plans de restructuration de certains quartiers à Assa.

Les autres intervenants lors de cette session ont souligné l’importance de l’Agence dans la consolidation de l’approche participative sur la base d’un partenariat avec les différents acteurs locaux et régionaux, en adhésion aux chantiers de la modernisation et la moralisation de l’administration par le développement de son système de qualité, la préservation de sa certification et l’activation de l’audit interne. Ces derniers ont également évoqué les difficultés rencontrées par l’Agence urbaine eu égard notamment à l’immensité de sa zone d’intervention et l’ampleur de ses responsabilités avec des ressources humaines et financières limitées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *