Hassan Tazi, un cartographiste dans l’air du temps

Hassan Tazi fait partie d’une génération d’entrepreneurs formés à l’étranger, dans de grandes écoles américaines ou européennes. A 39 ans, il a à son actif deux entreprises accouplée à une expérience professionnelle de plus de dix ans. Après avoir obtenu une maîtrise en méthodes d’informatiques appliquées à la gestion de la ville de Bordeaux, il s’envole vers les Etats-Unis, en Philadelphie en particulier d’où il décroche en 1991 un Master en gestion et politique de l’énergétique. Il travaille pendant dans une multinationale américaine… mais pour longtemps. Car, une année plus tard, il rentre au pays et monte sa propre affaire. Cela ne l’empêche pas de faire des visites répétitives au pays de l’oncle Sam. Question de garder le contact et puis, pourquoi pas, de partir à la recherche d’opportunités commerciales.
Ce r’bati ne se contente pas des déplacements à grandes distances. Casablanca l’a charmé par ses cinq millions d’habitants et par son extension aux allures interminables. Elle l’a, et il faut lui reconnaître cela, inspiré dans la création de Geo Conseil. Son intérêt pour le développement de solutions de cartographie urbaine ne pouvait devenir réalité si une telle ville n’existait pas. « Nous avons constaté à travers une enquête sur le terrain que le casablancais ne connaît pas sa ville. Finkoum Casablanca entend répondre à ce besoin réel». D’autres projets sont en phase de réflexion. La réflexion ne doit jambières prendre congé chez un manager s’il ne veut pas être dépassé les porteurs de nouvelles idées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *