Tamesna : état des lieux

Tamesna : état des lieux

Les travaux avancent avec un rythme satisfaisant dans la ville nouvelle

Depuis le lancement des travaux en 2005, la ville nouvelle de Tamesna attise aussi bien les convoitises que les interrogations. Quel état d’avancement pour les travaux de construction ? Qu’en est-il réellement de cette ville nouvelle censée assurer un équilibre entre la construction de logements et la valorisation de projets d’équipements attractifs et fonctionnels assurant à la fois une dynamique économique et sociale.

Etat d’avancement : Positif, mais pas chiffré !

«A aujourd’hui, nous sommes assez satisfaits de l’état d’avancement des travaux pour la ville nouvelle de Tamesna. C’est une ville qui reste très jeune puisqu’elle a un peu moins de 10 ans», nous affirme Abdelhakim Zidouh, directeur général d’Al Omrane Tamesna. Et de poursuivre: «Permettez-moi de souligner qu’à seulement dix ans de vie, il est prématuré de juger l’atteinte des objectifs par un projet urbain de la taille d’une ville nouvelle. En effet, une ville nouvelle est un projet qui se réalise dans le meilleurs des cas sur une période de 25 à 30 ans». Selon lui, la démarche évaluative adoptée pour d’aussi grands projets ne peut se faire que via le monitoring assuré par les équipes sur place. «Seuls nos opérateurs sur le terrain peuvent dégager des enseignements sur l’évolution des chantiers de Tamesna. A ce titre, je m’empresse de vous dire qu’elle est globalement positive», nous révèle M. Zidouh. D’après lui, la taille spatiale colossale de ce genre de projets et la multiplicité des acteurs qui y interviennent ne sont pas de nature à simplifier la tâche dans la gestion et l’évaluation de l’étendue des réalisations, bien au contraire. «Il s’agit pour nous de rechercher la convergence et les synergies de manière permanente», assure-t-il.

Tamesna : Une solution  pour la région…

Selon Al Omrane, l’objectif ultime du projet de la ville nouvelle de Tamesna est de faire de ce projet une réelle alternative au développement anarchique des grandes agglomérations et au déséquilibre de l’armature urbaine. Il vise à instaurer de véritables espaces d’inclusion et d’intégration socio-spatiale et de créer des espaces de concrétisation de la politique de la ville avec tout ce qu’elle englobe comme valeurs de proximité, de mixité sociale, de développement durable et d’anticipation sur l’avenir urbain de notre pays. «Une ville comme Tamesna répond et continuera à répondre à la résorption de la pression démographique de la région de Rabat-Salé-Kénitra.
C’est pour cela qu’un plan de relance, doté d’une enveloppe de plus d’un demi-milliard de dirhams, a été lancé. Aujourd’hui, ce Plan a bien avancé et devrait permettre à cette ville de renforcer son attractivité», a souligné M. Zidouh.

Plus de 17.000 unités de logement livrées

S’agissant des délais de livraison actualisés, le directeur général de Tamesna a précisé que «les programmes avancent à un rythme qui permet d’accompagner la demande. L’engagement initial s’élève à 50.000 logements dont 10.000 logements à faible valeur immobilière totale (FVIT). La situation du parc de logement à ce jour se situe à 17.407 unités achevées dont 11.760 logements sociaux».

Pour ce qui est des chantiers en cours, M. Zidouh nous assure que «12.869 unités sont en travaux dont 3.526 logements sociaux,alors que les équipements et espaces publics suivent le rythme d’installation des habitants». En effet, partant du principe que l’un des défis majeurs d’une ville nouvelle est d’assurer cet équilibre fonctionnel entre la construction de logements et la valorisation des projets d’équipements, la gestion de Tamesna veut arriver à créer une dynamique économico-sociale dans la ville nouvelle.

«Nous sommes conscients qu’en parallèle à la composante sociale il y a la composante infrastructurelle composée des différents équipements permettant de créer une certaine qualité de vie dans la ville. A cet effet, et lors du lancement de Tamesna, nous avons prévu de nombreux équipements socio-économiques dans tous les domaines : éducation, santé, culte, sécurité, sport et autres. Aussi, une superficie de 12 hectares est prévue pour accueillir ces différentes infrastructures, soit l’équivalent de 12% de la superficie globale de la ville», nous assure M. Zidouh.

Tout se met en place…

A ce jour et grâce à l’implication des départements concernés, plusieurs équipements sont construits ou en cours, apprend-on auprès du top management d’Al Omrane Tamesna. En effet, concernant l’éducation, 12 établissements scolaires publics sont déjà construits et fonctionnels et plusieurs autres sont en cours de construction, ainsi qu’un établissement pour la formation professionnelle construit par l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT). Au niveau de la santé, un centre est déjà fonctionnel et les travaux sont en cours pour la construction d’un hôpital local d’une capacité de 45 lits. Quant aux autres équipements et grâce au plan de relance porté par Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat et de la politique de la ville, ils devraient connaître une accélération de leur implantation à même d’accroître l’attractivité de la ville. A cela s’ajoutent les différentes voies d’accès qui permettent de relier la ville aux agglomérations urbaines avoisinantes.

Plus d’obstacles en vue…

Par ailleurs, interrogé sur les dysfonctionnements qui retardent l’avancement de ce projet, Abdelhakim Zidouh affirme à ALM : «S’il y a des dysfonctionnements, ils sont derrière nous. Aujourd’hui, grâce à l’implication des différents partenaires, nous pouvons affirmer que la ville connaît une nouvelle dynamique qui tient d’ailleurs compte de l’environnement où elle se situe». Selon lui, «ce qui se fait à travers la mise à niveau urbaine des centres limitrophes pour une meilleure intégration, sans compter l’implication de la société civile qui contribue à la valorisation de la ville via un riche programme d’animation et son festival annuel, font que la ville nouvelle de Tamesna sort de terre doucement mais sûrement!».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *