Indicateurs du commerce extérieur : L’Office des changes dresse son bilan

Indicateurs du commerce extérieur : L’Office des changes dresse son bilan

Les exportations des métiers mondiaux enregistrent une bonne performance

Les importations ont poursuivi leur trend haussier avec une progression dépassant les 9%, à fin 2016.

C’est l’heure du bilan pour l’Office des changes qui vient de publier les résultats préliminaires des échanges extérieurs du mois de décembre 2016. Il en ressort une baisse de la facture énergétique du Maroc. Celle-ci recule de 17,7% à fin 2016, s’élevant à 54,51 milliards de dirhams (MMDH) au lieu de 66,25 MMDH une année auparavant, selon l’Office des changes. Les responsables expliquent cette baisse par  «la réduction des approvisionnements en huile brute du pétrole (-100%), en gaz de pétrole et autres hydrocarbures (-15,2%) et en houilles, cokes et combustibles solides similaires (-13,5%)». Cela dit, les importations d’une manière plus globale ont poursuivi leur trend haussier avec une progression dépassant les 9%, à fin 2016.

Cette hausse est due, selon la même source, à l’augmentation des acquisitions de biens d’équipement (+25,7%), de produits alimentaires (+25%), de produits finis de consommation (+15,2%) et de demi-produits (+5%). Ainsi, les échanges extérieurs du pays ont aggravé le déficit de la balance commerciale de 19,6% à fin décembre 2016, s’établissant à 184,4 MMDH contre 154,2 MMDH, un an auparavant. «Cette aggravation est attribuable à l’augmentation des importations (+9,3%), plus importante que celle des exportations (+2,1%)», apprend-on auprès de l’Office des changes, ajoutant que «le taux de couverture des importations par les exportations s’est situé à 54,7%, contre 58,6% en 2015 et 51,3% en 2014, en amélioration de 3,7 points comparativement à la moyenne des cinq dernières années (2011-2015)». Les statistiques de l’Office des changes établissent une radioscopie des exportations du pays. Celles-ci ont enregistré une hausse moins bonne que l’année précédente, (+ 2,1% en 2016 contre +8,6% en 2015).

La hausse provient, selon la même source, des exportations des métiers mondiaux du Maroc dont le secteur automobile (+11,5%), aéronautique (+14,6%) et électronique (+10,2%). «Les ventes du secteur textile et cuir (+6,7%) et celles de l’«agriculture et agroalimentaire» (+4,5%) s’inscrivent également en hausse. Toutefois, ces hausses ont été, en partie, atténuées par la baisse des ventes de phosphates et dérivés de 12,1% en 2016 notant que hors phosphates et dérivés, les exportations progressent de 5,7% (9,9 MMDH)», expliquent les responsables.

S’agissant des recettes des Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’Office des changes annonce une hausse s’établissant à plus de 62 MMDH à 2016.

La balance Voyages, quant à elle, dégage un excédent de 49 MMDH, soit une hausse 3,3%. Ce résultat est directement lié à la progression des recettes touristiques de 2 milliards DH alors que les dépenses n’ont crû que de 600 millions de dirhams. Dans un autre registre, l’Office des changes annonce que les flux des investissements directs étrangers (IDE) se sont établis à 22,7 MMDH en 2016 contre 31,8 MDH la même période un an auparavant. Autrement, les IDE marquent une baisse de 28,5%, notamment à cause du recul des recettes (-17,5%) et la hausse des dépenses (+25,7%).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *