Ingénieurs géomètres topographes : Un métier engagé en faveur de la réussite des politiques sectorielles

Ingénieurs géomètres topographes : Un métier engagé en faveur de la réussite des politiques sectorielles

L’ingénieur géomètre topographe constitue une force de conseil et un référent en matière de foncier, d’élaboration et d’interprétation de données géo-spatiales, de respect du droit et des normes.

Ils sont 1250 ingénieurs géomètres topographes inscrits au tableau de l’Ordre au niveau national. Le métier d’ingénieur géomètre topographe compte également quelque 700 entreprises, un capital d’investissement de 75 millions de dirhams, quelque 10.000 emplois directs et des dizaines de milliers d’emplois indirects. Ces chiffres ont été dévoilés lors de la journée sur la profession ayant eu lieu samedi 21 septembre à Rabat. L’occasion étant d’accueillir les nouveaux ingénieurs diplômés de cette filière, célébrant ainsi les lauréats ingénieurs de la promotion 2019 de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II.

Cette journée organisée par l’Ordre national des ingénieurs géométres-topographes, en partenariat avec le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC), tend à mettre la lumière sur la mission de l’ingénieur géomètre topographe et son rôle dans la réussite des politiques sectorielles et la réalisation des grands chantiers structurants du pays. Cette manifestation a permis par ailleurs de sensibiliser les lauréats par leurs aînés à leurs devoirs professionnels et aux principes de moralité, d’éthique et de responsabilité liés à l’exercice du métier. Intervenant dans ce sens, Mohamed Sadiki, secrétaire général du ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a mis l’accent sur le dispositif de l’enseignement supérieur agricole et le rôle des établissements de formation pour répondre aux exigences et aux besoins à la fois qualitatifs et quantitatifs d’un marché de travail en continuelle transformation.

La stratégie nationale de l’enseignement, de la formation et de la recherche agricole qui découle du Plan Maroc Vert a contribué à faire émerger des cadres supérieurs de très haut niveau, capables de contribuer activement à la réussite des politiques sectorielles et à la réalisation des grands chantiers structurants. M. Sadiki a salué dans ce sens le rôle de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II dans la formation des ingénieurs géomètres topographes et ses efforts continus en matière de réajustement des programmes de formation et de recherche, d’encadrement et de préparation des jeunes diplômés à l’insertion dans la vie active. Le secrétaire général du ministère a par ailleurs loué le rôle important de l’Ordre national des ingénieurs géomètres topographes (ONIGT) en tant que garant de l’éthique professionnelle et son devoir de réglementer et de gérer l’exercice de la profession. Il a également salué le rôle important que joue l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie dans la stratégie foncière nationale et porte toute la dynamique de modernisation de ce secteur. Cette rencontre a été une occasion pour présenter l’élan ambitieux et prometteur dont jouit la profession depuis 2016. En effet, ce métier avec la mise en place de «la nouvelle vision pour une nouvelle ère ONIGT» adoptée par l’Ordre national a permis d’engager et de renforcer le partenariat actif avec un ensemble d’institutions nationales et internationales.

Notons que l’ingénieur géomètre topographe constitue une force de conseil et un référent en matière de foncier, d’élaboration et d’interprétation de données géo-spatiales, de respect du droit et des normes. Son champ d’action va des études et opérations préliminaires, jusqu’à l’aboutissement des projets. C’est un intervenant incontournable dans plusieurs secteurs tels l’agriculture, l’équipement, le transport, l’habitat, l’urbanisme et l’aménagement du territoire. Ce corps professionnel intervient dans tous les pôles de compétitivité, en l’occurrence le Plan Maroc Vert et le grand chantier de généralisation de l’immatriculation foncière, ainsi que les grands projets structurants tels que le complexe énergétique thermo-solaire «Noor Ouarzazate» ou Tanger Med.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *