Investissement en capital : Le montant global dépasse les 6 milliards DH

Investissement en capital : Le montant global dépasse les 6 milliards DH

L’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic) note une bonne dynamique en 2016

«Le fait qu’on ait levé peu de fonds durant 2016 n’est pas un détail alarmant. Le capital investissement est une activité cyclique. Nous sommes actuellement en phase d’investissement pour certaines entreprises et de désinvestissement pour d’autres».

L’année 2016 a été plutôt positive au niveau des investissements. C’est ce qu’on peut relever du dernier rapport d’activité de l’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic), une structure qui regroupe la majorité des structures de capital investissement (voir encadré). Un record a été relevé à ce niveau. Près de 786 millions de dirhams ont été investis en 2016 dans des PME, dont 18 nouveaux investissements. Le montant global d’investissement en capital est porté à ce jour à 6,3 milliards de dirhams, soit 183 entreprises investies. «L’année a été bonne dans sa globalité, et ce malgré le contexte économique peu porteur. Nous avons affiché une augmentation de pratiquement 30% par rapport à l’année dernière. Cette bonne dynamique d’investissement est due à la création et à la levée de fonds entre 2011 et 2012», explique Françoise de Donder dans un bref entretien accordé à ALM.

La déléguée générale de l’Amic affirme par ailleurs que peu de fonds ont été levés durant ledit exercice. Le cumul des montants levés à fin 2016 se situe autour de 11,1 milliards de dirhams pour le capital investissement. Les montants levés par le fonds d’infrastructures est d’environ 5,5 milliards de dirhams. Ainsi le total des montants levés par l’ensemble des fonds atteint les 16,6 milliards de dirhams.

«Le fait qu’on ait levé peu de fonds durant 2016 n’est pas un détail alarmant. Le capital investissement est une activité cyclique. Nous sommes actuellement en phase d’investissement pour certaines entreprises et de désinvestissement pour d’autres», indique la déléguée générale de l’Amic.  La durée moyenne d’investissement est de 6 années. En 2016, 205 millions de dirhams ont été désinvestis. Ce montant s’inscrit en hausse de 10% par rapport à 2015 et de 100%, comparé à 2014. Le cumul des désinvestissements serait d’environ 2,4 milliards de dirhams, soit environ 38% du montant global investi par l’industrie du capital investissement.  En termes de sorties en valeur, Françoise de Donder confirme la continuité de la dynamique enclenchée depuis 2014. «Nous observons cette année pas mal de cessions industrielles», précise-t-elle.

En effet, les cessions industrielles représentent 38% des sorties. Les cessions à d’autres fonds sont passées de 3 à 18%. Selon l’Amic, cette variation atteste du développement d’un marché secondaire.

Le secteur industriel bien loti

Se référant à l’analyse de l’Amic, la majorité des fonds reste généraliste.  La première place est occupée par le secteur industriel. Ce dernier représente 45% des investissements réalisés depuis 2011. Le secteur des services et transport arrive en deuxième position. Il représente 24% des investissements. Par répartition géographique, les investissements se concentrent dans la partie nord du pays. Environ 78% de ces investissements ont été effectués dans l’axe Rabat-Casa, 6% dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et 5% dans les régions de Fès-Meknès et Marrakech-Safi. Par ailleurs, l’Amic souligne que 80% des montants investis sont dédiés à des entreprises en phase de développement. Le rendement se situe à un bon niveau. «Nous avons fait une étude comparative entre le rendement du capital investissement par rapport à la Bourse et aux émissions d’obligations. Il ressort que nous nous situons plutôt bien par rapport aux autres sociétés d’investissement. Nous avons enregistré en 2016 un taux honorable», apprend-on de Françoise De Donder. Le taux de rendement moyen calculé sur les sorties effectives est de 13% à fin 2016.

3 milliards de dirhams de disponibles pour 2017

Au fil de notre entretien avec la déléguée générale de l’Amic, Françoise de Donder a souligné qu’un montant de 3 milliards de dirhams est disponible à l’investissement pour 2017. Cette année qui marque le début de la 4ème génération d’investissement connaîtra davantage de sorties. Ainsi 27% des fonds planifient la sortie de la majorité des entreprises encore en portefeuille au cours de l’année 2017. En revanche, 34% autres prévoient d’investir dans de nouvelles entreprises. L’Amic affirme également dans ses prévisions que près des deux tiers  des fonds comptent également la levée de nouveaux capitaux avant la fin du premier semestre 2018.

A moyen terme, les prévisions confirment la tendance aux investissements multisectoriels. Une légère préférence sera observée , durant les cinq prochaines années pour le secteur agroalimentaire, soit une part de 13%.

Le capital investissement en bref

Le capital investissement  est un métier qui consiste à prendre des participations majoritaires ou minoritaires dans le capital de petites et moyennes entreprises. Ces structures sont généralement non cotées. Cet investissement permet de financer leur démarrage et de renforcer par conséquent leur croissance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *