Investissement industriel : Un moral mitigé des professionnels au titre du premier semestre 2012

Investissement industriel : Un moral mitigé des professionnels au titre du premier semestre 2012

Les indicateurs sur le suivi de l’investissement dégagent au premier semestre de l’année un optimisme modéré des industriels. Les six premiers mois de l’année ont été marqués par un investissement timide dans plusieurs secteurs. Les parts des industriels ayant prévu d’investir au 1er semestre de l’année ne dépassent pas le seuil des 50% . Selon l’enquête semestrielle de conjoncture établie par l’observatoire de l’industrie, 49% des industriels en agroalimentaire ont investi en cette période. Or cette part était de l’ordre de 69% au titre du deuxième semestre 2011. Un retrait d’investissement a été également observé au niveau des industriels chimiques et parachimiques. Leur part est estimée à 47% contre 64 % à fin 2011. Si les investissements dans le secteur de l’industrie électrique et électronique avaient atteint leur pic (100%) durant le deuxième semestre 2011, il n’en est pas le cas pour le premier semestre de l’année en cours. Seuls 33 % des industriels dudit secteur ont franchi le pas et ont investi durant les six premiers mois de l’année. Les investissements au niveau des industries métalliques et mécaniques ont atteint les 32% au premier semestre de l’année au moment où ceux des industries du textile et du cuir ne dépassent pas les 25%.
En analysant les facteurs déterminants de l’investissement, les industriels ont émis des avis positifs quant aux perspectives d’évolution de la demande et des profits liés aux nouveaux investissements. Ainsi, 72% des industriels se sont déclarés favorables au sujet de l’évolution de la demande et 71% optimistes relativement aux profits liés aux nouveaux investissements.
Par ailleurs, 62% des industrielles sont pour l’autofinancement au moment où 42% optent pour l’endettement. Cependant, les industriels sont moins optimistes quant à la fiscalité marocaine. Se référant à l’enquête de l’observatoire de l’industrie 47% d’entre eux ont émis un avis défavorable contre 20% neutres. S’agissant des moyens de financement des investissements, l’autofinancement reste le moyen le plus utilisé par les industriels pour le financement de leurs investissements avec 64% des montants investis de l’échantillon interviewé. Suivi donc par les crédits bancaires 17%, le crédit-bail (15%) et augmentation de capital (2%).
Rappelons qu’au titre du deuxième semestre 2011, l’industrie chimique et parachimique a détenu la plus grande part des montants investis durant cette période. Le ratio est de 55,26% En seconde place se situe l’industrie agroalimentaire. Le montant investi dans ce secteur occupe 29,78% du total des investissements industriels durant le deuxième semestre de l’année 2011. En revanche les parts des montants investis dans les secteurs des industries métalliques et métallurgiques ainsi que les industries électriques et électroniques restent minimes avec des parts respectives de 8,08 et 6,87% à fin juin 2011. La part des montants investis dans les industries du textile et du cuir est quasi-nulle, soit 0,1% des montants investis durant cette période.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *