La FAO assiste la région de Tadla-Azilal

La FAO assiste la région de Tadla-Azilal

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) œuvre toujours de concert avec le Plan Maroc Vert. En effet, l’Organisation vient de dévoiler son «Projet pilote d’appui aux petits producteurs pour une meilleure adaptation aux changements climatiques dans la région de Tadla- Azilal».

Ainsi, la FAO a annoncé avoir développé, avec ses partenaires, un nouveau concept, «Climate Smart Agriculture» ou «agriculture intelligente face au climat», afin d’augmenter durablement la productivité et la résilience, tout en s’adaptant aux changements climatiques ainsi  qu’en réduisant les gaz à effets de serre.

Aussi, c’est pour faire face à ce double défi que la FAO a mis en œuvre un projet pilote d’appui aux petits producteurs pour une meilleure adaptation aux changements climatiques dans la région de Tadla-Azilal afin d’aider les partenaires nationaux à développer une situation de référence concernant l’état actuel des connaissances sur la problématique du changement climatique au niveau de la région de Tadla.

Ainsi, le projet a adopté une approche multidisciplinaire, participative, analytique et pratique dont l’objectif principal est de soutenir le processus d’adaptation des petits agriculteurs aux changements climatiques dans la région de Tadla-Azilal dans le cadre du Pilier II du Plan Maroc Vert et de renforcer ainsi les capacités de tous les acteurs à s’organiser pour faire face à ce grand défi.

Le projet a été exécuté en deux phases. Une première phase pour mener une évaluation au niveau du terrain en matière biophysique et socio-économique et une deuxième phase pour produire des outils décisionnels opérationnels et tester une approche socio-institutionnelle. A noter que l’une des ambitions des participants était de simplifier les divers outils produits dans le cadre du projet et de les intégrer en un seul logiciel. Aussi, en réponse, les consultants experts ont été commissionnés durant la phase II du projet pour perfectionner ces outils et intégrer les dimensions pédologiques, agronomiques et hydriques. Ce nouvel outil intégré sera donc l’objet d’un atelier de formation de trois jours, prévu cette semaine à Béni Mellal et qui démarre aujourd’hui même.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *