La grève à la RAM perturbe l’activité touristique

La grève à la RAM perturbe l’activité touristique

Dans l’Hexagone, la destination arrivait en première position sur les demandes de formules de voyages. Le premier trimestre 2004 avait confirmé ces sondages.
Les chiffres publiés par le ministère du Tourisme étaient particulièrement optimistes, avec une croissance à deux chiffres sur les nuitées et les arrivées. Les investisseurs revenaient en force. De nouvelles dessertes aériennes se mettaient en place, notamment avec l’Europe.
Mais, depuis l’annonce de la grève à la RAM, l’optimisme est retombé d’un cran. Perturbations de traffic, annulations. Nul doute, la facture de ce mouvement social risque de porter ombrage à saison estivale.
Le mouvement des pilotes intervient dans une semaine de grands départs en Europe (fête de pentecôte). Aucune région n’est épargnée.
Fès paye, la première, les pots cassés avec le report sine die de ses Assises régionales du Tourisme. Cause avancée par les professionnels : l’impossibilité des partenaires étrangers à rallier la capitale des Idrissides. Environ 500 personnes étaient attendues dans la ville qui abritait en outre le Festival des musiques sacrées.
A Marrakech, la situation est plus contrastée. Si les perturbations ont été limitées, il est difficile de mesurer les conséquences chez les TO. Le pire est à craindre au niveau des voyagistes qui peuvent redéployer l’offre vers d’autres destinations.
Rappelons que pour cet été, le Maroc était bien positionné dans les intentions de voyages des marchés émetteurs.
Le baromètre mensuel de Voyager Moins Cher, établi sur la base des destinations les plus recherchées par les internationaux, place le Maroc juste après la France et la tunisie et devant l’Italie et l’Espagne.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *