mai 29, 2017

Laâyoune : La commune se penche sur son plan d’action 2017-2022

Laâyoune : La commune se penche sur son plan d’action 2017-2022

Une réelle opportunité pour améliorer son rayonnement national et international

Ce projet constitue un moyen d’intégration des attentes des citoyens qui se fait par le biais de leurs élus, et sur la base d’une démarche participative.

La commune de Laâyoune vient de lancer un appel d’offres pour l’élaboration de son plan d’action pour la période 2017-2022.

L’élaboration d’un plan d’action constitue une réelle opportunité de la commune pour améliorer son rayonnement national et international. 

Selon l’appel d’offres, ce plan d’action est régi par l’article 78 de la loi organique 113.14 relative aux communes, et qui les incite à établir leur plan d’action au cours de la première année des élections du conseil communal au plus tard, en harmonie avec le plan de développement régional, et suite à une approche participative.
Ce projet constitue un moyen d’intégration des attentes des citoyens qui se fait par le biais de leurs élus, et sur la base d’une démarche participative, prenant en considération notamment l’approche genre, les actions de développement dont la réalisation se fait sur le territoire de la commune.

Le document du plan d’action comportera la réalisation d’un diagnostic territorial mettant en exergue aussi bien les besoins que les potentialités de la commune, en termes de services et d’équipements collectifs, ainsi qu’en termes de services de proximité. En outre, ce diagnostic  reprendra les programmes et projets envisagés par l’Etat ou les établissements publics dans le territoire de la commune.  Il définira les priorités de développement territorial, sur la base des stratégies et politiques publiques de l’Etat en termes de services de proximité, en veillant à garder la synergie avec le Programme de développement régional et le Programme de développement provincial. Il fixera également les projets et actions de la commune à caractère prioritaire, en tenant
compte du potentiel de ses moyens matériels durant les six années couvrant la mise en œuvre du plan.

La même source souligne que la «réforme territoriale engagée au Maroc fait de la commune l’acteur principal de la promotion du territoire et du développement durable. La commune est donc en charge de construire une vision durable et inclusive pour le développement communal, en collaboration avec les partenaires institutionnels (administrations publiques, établissements publics, autres collectivités territoriales), économiques et sociaux». Et d’ajouter que c’est pour cela que la commune est appelée à exercer des compétences propres, des compétences communes avec l’Etat, et des compétences transférées à la commune par l’Etat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *