Laâyoune: Progression des arrivées touristiques pendant les sept premiers mois de 2015

Laâyoune: Progression des arrivées touristiques pendant les sept premiers mois de 2015

Les établissements touristiques classés de la ville de Laâyoune ont accueilli du 1er janvier au 31 juillet plus de 12.580 touristes, contre 12.400 durant la même période 2014.

Selon des statistiques de la délégation du ministère du tourisme à Laâyoune, les touristes marocains arrivent en tête des visiteurs, suivis des touristes des autres nationalités. Les établissements touristiques de la province ont cumulé durant les sept premiers mois de l’année 19.845 nuitées, contre 19.241 durant la même période en 2014.

Cette région est dotée depuis octobre 2014 de sa feuille de route régionale pour le développement touristique. Grâce à la diversité de ses sites, la région cherche à structurer son offre touristique et repositionner l’offre d’hébergement existante en développant une capacité en lits additionnelle avec 3.300 lits supplémentaires. L’objectif étant à l’horizon 2020 d’accueillir près de 158.000 touristes et multiplier par 4 ses recettes touristiques annuelles.

Les projets retenus dans le cadre de ce contrat-programme d’un coût global de 3,41 milliards DH concernent en particulier l’organisation de festivals de chants et de la danse traditionnelle et la construction de complexes touristiques familiaux à Laâyoune et Boujdour dans le cadre du programme d’animation et de sport qui sera lancé en 2015.

Le contrat-programme inclut, en outre, le projet de tourisme environnemental durable qui vise à valoriser les ressources naturelles à travers 9 projets à réaliser à l’horizon 2025. Ces projets concernent, entre autres, le développement de la station Cap Juby à Tarfaya, la construction d’un hôtel écologique à Laâyoune et la création d’un complexe touristique à Boujdour.

Le programme du patrimoine et de l’héritage culturel de la région, qui sera exécuté entre 2014 et 2020, vise, quant à lui, à mettre en valeur l’identité culturelle de la région à travers la structuration de son patrimoine matériel et immatériel et la création d’offres touristiques compétitives.

Il comprend pour l’essentiel la construction d’un musée dédié à la Marche Verte, d’un centre consacré à la vie du désert et à la valorisation et la réhabilitation du quartier espagnol, la construction du centre culturel Saint Exupéry, d’un complexe touristique et historique à Tah, d’un musée de la culture spirituelle à Sakia El-Hamra et d’un institut de l’art culinaire et de la culture à Laâyoune.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *