L’acquisition par Renault de 26% de Somaca officielle

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de MM. Rachid Talbi Alami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Télécommunications et Jaky Jubien, Vice-Président Maghreb et Moyen-Orient à la société Renault s.a.s. La cession de la totalité de la participation publique (38%) sera effectuée en deux tranches, la première portant sur le transfert de 156.000 actions contre un prix de cession de 65 millions de dirhams et la seconde sur les 72.000 actions restantes dont la cession sera réalisée le 1-er novembre 2005 à l’occasion de l’introduction par Renault sur le marché marocain d’un véhicule monté et assemblé par la société SOMACA. Cette transaction représente 95.000.000 de dirhams de recettes de privatisation et s’inscrit dans le cadre d’un grand projet de développement industriel et dans la perspective d’une coopération et d’un partenariat stratégique et global dans le secteur de l’industrie automobile que la société française Renault s.a.s et le gouvernement marocain entendent développer, indique la même source. Le communiqué rappelle à cet égard qu’une convention pour la réalisation du projet de voiture dite « familiale » a été signée entre l’Etat marocain et la société Renault s.a.s le 26 juillet 2003. La mise en oeuvre dudit projet représentera pour Renault un montant d’investissement d’environ 220 millions de dirhams hors prix de cession des 38 pc du capital. A partir de 2005, Renault lancera l’assemblage à la SOMACA du nouveau véhicule familial et économique « L 90 ». L’objectif affiché pour 2007 est de produire près de 30.000 unités dont la moitié est destinée à l’exportation. Par cette privatisation, SOMACA sera adossée à un grand constructeur de taille mondiale qui envisage d’intégrer la société dans sa stratégie internationale, relève le communiqué. Renault apportera son savoir-faire et son expertise pour améliorer, d’une part, la performance industrielle de SOMACA afin de lui permettre d’atteindre les standards internationaux en matière de normes et de qualité, et d’autre part, de développer le tissu industriel marocain par les effets d’entraînement de ce projet, ajoute la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *