Le Centre Marocain de Conjoncture optimiste pour 2003

Les dernières prévisions du Centre Marocain de Conjoncture (CMC) laissent envisager que l’économie nationale devrait enregistrer un taux de croissance de 5,8% en 2003. Dans son rapport, le CMC indique que ces prévisions sont établies sur la base d’une bonne campagne agricole et d’un comportement dynamique de l’activité non agricole.
Les conditions climatiques moins contraignantes envisagées dans le jeu d’hypothèses relatives au prochain exercice devraient permettre au secteur agricole de poursuivre sa tendance à l’amélioration et contribuer ainsi à la croissance, note le CMC dans son dernier bulletin, estimant que le rythme d’évolution de l’activité du secteur agricole se situerait autour de 14,5% en 2003.
Selon le CMC, les industries manufacturières verraient le volume de leur activité se développer au taux de 3,6% gagnant près de 1% sur l’exercice précédent.
Le rythme d’évolution du secteur du bâtiment et travaux publics serait particulièrement rapide et pourrait atteindre 10% avec la reprise attendue des chantiers de construction et d’infrastructure de base.
Pour leur part, les autres activités comme les mines, l’énergie et eau se développeraient respectivement de 2,5% et 6,5% sur l’effet d’une reprise de la demande, notamment étrangère, pour la première activité et de la poursuite de la progression de demande domestique pour la seconde précise-t-on dans le même document.
Parallèlement à ces tendances, on assisterait à une croissance de 3,7%, 5,6% et 3,5% de l’activité des secteurs du commerce, du transport-communication et de la production non marchande des administrations publiques, relève le document. Le pouvoir d’achat des ménages pourrait évoluer en 2003 à un rythme assez régulier mais inférieur à celui des années précédentes en raison de l’absence d’actions de nature à influencer sensiblement sur la masse salariale aussi bien du secteur public que privé.
Le CMC s’attend à ce que la consommation des ménages connaisse pour la deuxième année consécutive un ralentissement de son rythme de progression. Son taux de croissance moyen, passé de 7,4% en 2001 à 5,2% en 2002, devrait atteindre probablement 4,8% en 2003.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *