Le marché des Télécoms sur le segment «Entreprises»

Comment se présente la demande des entreprises marocaines en matière de services et d’équipements de télécommunications ? Une étude commanditée par l’ANRT tente d’en livrer quelques éléments de réponse.
L’enquête a concerné 358 entreprises et administrations installées au Maroc. L’analyse de la demande a couvert plusieurs champs. Il s’agit d’une part des dépenses globales des entreprises en services de télécommunications et leur ventilation par service, et de l’autre, l’appréciation de la concurrence ainsi que les niveaux de satisfaction des entreprises vis-à-vis des services offerts et leurs attentes.
Il en découle que le marché des télécommunications sur le segment « entreprise » est estimé à environ 5 800 MDH/an. La téléphonie fixe constitue le poste de dépense le plus important avec 3 645 MDH/an, soit 64% du marché.
Le taux d’équipement sur la zone de Casablanca est supérieur de 27% à la moyenne nationale. La région concentre également 62 % des lignes téléphoniques du pays. La téléphonie mobile et Internet représentent respectivement 25% et 11% de ce marché. Au niveau de la consommation, les moyennes entreprises sont les plus grosses consommatrices de services de télécommunications, plus particulièrement sur les services de téléphonie fixe et d’Internet, avec respectivement 44% et 42% des dépenses.
Sur le marché de la téléphonie mobile, ce sont les « petites entreprises » qui concentrent les dépenses, avec 45% des dépenses pour 14% des effectifs. Le marché des télécommunications reste fortement centralisé puisque les régions de Casablanca et Rabat/Kénitra abritent à elles seules 80% du marché, administrations incluses.
Le secteur tertiaire est le principal consommateur de services de télécommunications, 70% des dépenses pour 55% des effectifs. Concernant l’accès à Internet, celui-ci s’est considérablement généralisé sur le segment « entreprise ».
Ainsi, 72% des entreprises interrogées déclarent avoir souscrit à une offre d’accès Internet. Le taux de raccordement à Internet est plus élevé dans les grandes entreprises. Cependant, les connexions restent essentiellement de bas débit avec 75% des connexions. Les connexions Internet via le réseau téléphonique fixe (RTC et MARNIS) représentent 56% des connexions des entreprises.
Enfin, 35% des connexions proviennent du raccordement sur des liaisons Spécialisées (principalement en bas débit).
Concernant l’ADSL, l’étude n’apporte pas d’éléments pertinents. Néanmoins, ces chiffres donnent une idée sur l’intégration des NTI dans les entreprises marocaines.
L’étude montre à cet égard que si les entreprises ont achevé leur phase d’équipement aussi bien sur la téléphonie et l’informatique que sur le raccordement à Internet, leur usage des services de télécommunications reste relativement faible.
Cela se traduit par la faible consommation des services à valeur ajoutée sur la téléphonie fixe, un nombre peu élevé d’abonnement GSM par rapport aux effectifs de l’entreprise et un développement des services Internet qui reste encore marginal.
Côté satisfaction, l’enquête révèle de nombreux points d’insatisfaction de la part des entreprises, que ce soit sur le niveau des prix, au niveau de la qualité des services, ou encore au niveau de la relation client.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *