Le patron de l Omnium marocain de pêche noie le poisson

Le patron de l Omnium marocain de pêche noie le poisson

Les responsables de l’Omnium marocain de pêche (OMP), en difficulté depuis plusieurs mois, ont fini par sortir de leur silence en organisant une conférence de presse à Rabat. Laquelle conférence, fait étrange, était consacrée à tout sauf au vrai fond du sujet, à savoir pourquoi et comment une entreprise, qui était florissante il y a quelques années, en est arrivée à faire faillite et d’une manière aussi brutale et rapide. Le propriétaire de l’OMP, Mohamed Laraki, a pris de cours les journalistes en déplaçant le débat sur un autre terrain inattendu.
Car lors de sa conférence, M. Laraki semblait dire, pour ainsi résumer son message phare, que si l’OMP en était là c’est tout simplement parce que l’Etat, à travers le ministère des pêches, en pointant précisément du doigt le ministre lui-même, a refusé sciemment de l’aider en le laissant agoniser. Pour étayer son argumentaire, le patron de l’OMP a affirmé devant l’assistance que le ministère, non seulement ne l’a pas aidé mais, en plus, l’aurait bloqué pour la réalisation d’un projet d’usine pour la valorisation de la sardine et qui, selon lui, aurait permis de créer plus de 3.000 emplois. Selon des sources autorisées au ministère de la pêche, ces propos sont dénués de tout fondement et les documents écrits sont là pour le prouver. S’il est vrai que l’OMP a bien présenté un projet dans ce sens, son patron n’a pas donné toute l’information. Le ministère n’a en effet émis aucune objection à la seule condition de sécuriser son approvisionnement. Ce que les responsables de l’OMP ont accepté en assurant qu’ils n’allaient pas demander une licence de pêche. Mais aujourd’hui, ils semblent s’être rétractés. Bien plus que ça. L’OMP, en la personne de son président, semble reprocher à l’Etat de ne pas vouloir lui venir en aide directement à travers un apport en argent frais. Rien que ça ! Pendant ce moment, nous signale-t-on au ministère de la pêche, d’autres opérateurs privés se sont présentés avec des projets d’usines de conserve de sardines, ont pu normalement réaliser leurs investissements et sont aujourd’hui opérationnels. C’est dire que si problème il y a, il faut probablement en chercher les causes du côté de l’OMP lui-même. D’ailleurs, ceux qui suivent depuis longtemps les péripéties de cette entreprise le savent bien : les problèmes ont commencé il y a plusieurs années avant l’épisode actuel qui n’est finalement que l’aboutissement logique d’une longue période de tâtonnement. A plusieurs reprises, les salariés sont restés sans salaires pendant plusieurs mois. Il y a environ deux ans, les banques, au vu des défaillance de l’entreprise, avaient complètement fermé les robinets. Plus tard, c’était au tour de la compagnie d’assurance de faire de même. Il est intéressant de noter que lors de cet épisode, les responsables de l’entreprise avaient procédé de la même manière, notamment en détournant le débat et en poussant les employés à tenir des sit-in devant les locaux de la banque et de la préfecture de Tan Tan et autres. Paradoxalement, cette entreprise avait tout pour réussir.
Ces dernières années, on ne peut pas dire que les ressources de poulpes faisaient défaut dans la région. Au contraire, elles se sont même nettement améliorées et beaucoup d’opérateurs ont pu redresser leur situation. Pendant ce temps, l’OMP, qui pourtant a encore ses licences, a retenu ses chalutiers à quai ! Des décisions de gestion qui n’ont strictement rien à voir ni avec l’Etat ni le ministère des pêches, ni aucune autre administration… cherchez l’erreur !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *