Le procès Andersen

« Avec deux grosses affaires mettant en cause la responsabilité (d’Andersen), plus une accusation au pénal, qu’y a-t-il à sauver? », affirme Dennis Taylor, un ancien procureur du département de la Justice et avocat à la Commission des opérations boursières (SEC). « Je serais très surpris si Andersen continuait à être un sujet de préoccupation maintenant », a-t-il estimé, ajoutant que « la meilleure chance de survie d’Andersen était un règlement négocié avec toutes les parties ».
L’ancien patron de la Réserve fédérale (Fed) Paul Volcker, appelé à la rescousse, a renoncé à son plan de sauvetage du cabinet d’audit. Volcker avait posé certaines conditions et certaines d’entre elles n’ont pas été satisfaites », a déclaré un porte-parole d’Andersen. Le plan de Volcker prévoyait un recentrage d’Andersen USA sur l’audit et la cession de ses activités de conseil, à condition que suffisamment de partenaires restent au sein du cabinet pour créer la nouvelle entité.
En plus de son inculpation au pénal, Andersen fait l’objet de deux plaintes civiles déposées par des actionnaires d’Enron et par la Fondation baptiste de l’Arizona, une entreprise d’investissement qui a fait faillite avec une dette de 600 millions de dollars à l’égard des investisseurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *