Le renforcement des capacités logistiques, une priorité pour les agro-industriels

Le renforcement des capacités logistiques, une priorité pour les agro-industriels

Entretien avec Mohamed Fikrat, président de la Fenagri

Le contrat programme a été conclu pour une durée de 5 ans, et vise la création de plus de 300 nouvelles unités, ce qui à terme permettra de générer 38.457 emplois, 41,75 milliards de dirhams de chiffre d’affaires additionnel, 12,52 milliards de dirhams d’export additionnel et 13,1 milliards de dirhams de valeur ajoutée additionnelle.

ALM : Vous avez signé lors des dernières assises de l’agriculture le contrat programme pour le développement des industries agroalimentaires. Quel bilan faites-vous de la première année de l’entrée en vigueur de ce dispositif ?

Mohamed Fikrat : En matière d’opérationnalisation des mesures prévues par le contrat-programme, nous vous informons que le texte d’application relatif aux incitations à l’investissement pris en charge par le Fonds de développement agricole a été publié au Bulletin officiel (Arrêté n°3285-17–BO n°6652). Les porteurs de projet peuvent d’ores et déjà présenter leurs dossiers aux directions provinciales de l’agriculture ou aux Offices régionaux de mise en valeur agricole dont ils relèvent. Des concertations sont en cours avec les professionnels pour finaliser les autres textes et conventions spécifiques nécessaires à l’opérationnalisation des autres mesures.

Pourriez-vous nous rappeler les grandes lignes de cette feuille de route?

Le contrat programme a été conclu pour une durée de 5 ans, et vise la création de plus de 300 nouvelles unités, ce qui à terme permettra de générer 38.457 emplois, 41,75 milliards de dirhams de chiffre d’affaires additionnel, 12,52 milliards de dirhams d’export additionnel et 13,1 milliards de dirhams de valeur ajoutée additionnelle. L’ensemble des mesures du contrat-programme a été estimé à 12 milliards de dirhams, dont 8 milliards de dirhams seront pris en charge par les professionnels. Le contrat programme concerne aujourd’hui 8 filières : valorisation des agrumes, valorisation des fruits et légumes, transformation des fruits et légumes, industrie de l’huile d’olive, industrie laitière, industrie des viandes, industrie de la biscuiterie, confiserie et chocolaterie, et industrie des pâtes et couscous. Des réflexions sont en cours pour traiter les autres activités de l’industrie agroalimentaire.

Quelle place occupe la logistique dans le cadre du contrat programme?

Le contrat-programme pour le développement des industries agroalimentaires a été conçu sur la base d’une étude stratégique du secteur agroalimentaire réalisée en concertation avec les professionnels du secteur. Le renforcement des capacités logistiques, notamment le stockage frigorifique, est vite apparu comme une priorité dans certaines filières. Ainsi pour la filière agrumicole, le contrat programme prévoit le développement de 25 unités de stockage frigorifiques sur les 5 prochaines années. Pour les filières fruits et légumes frais, ce sont 67 unités de stockage frigorifique qui sont prévues dont 24 unités pour le stockage frigorifique de dattes. Ces investissements viendront renforcer les capacités de stockage existantes pour permettre de valoriser le produit agricole marocain dans les meilleures conditions.

Qu’en est-il du développement à l’export des opérateurs nationaux ?

Le contrat programme envisage également des mesures pour accompagner les industriels dans leur développement à l’export, notamment en Afrique de l’Ouest. Ainsi est-il prévu d’installer des zones de stockage frigorifique dans la plateforme logistique d’Abidjan pour les opérateurs marocains du secteur laitier et des secteurs des viandes blanches et rouges. Le respect de la chaîne du froid est une nécessité pour ces produits, et ces zones de stockage devraient permettre aux industriels marocains de pénétrer le marché de la CEDEAO de manière optimale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *