Le secteur avicole en constante évolution

Le secteur avicole en constante évolution

Le secteur de l’aviculture se développe à rythme constant. La filière maintient ses investissements et se place comme noyau vital du système agroalimentaire national. Les performances annuelles confirment ce constat, affichant une dynamique sectorielle indéniable. Pour preuve : le secteur a atteint l’autosuffisance en matière de production de viandes blanches.
L’année 2014 s’inscrit dans ce trend.

Selon les professionnels, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires consistant. L’Association nationale des producteurs des viandes de volailles révèle, dans ce sens, un gain de l’ordre de 19,4 milliards de dirhams. En termes d’investissement, les projets engagés au titre de l’année 2014 ont porté sur une enveloppe de l’ordre de 7,4 milliards de dirhams. Le secteur avicole, qui a franchi actuellement la phase d’exportation, notamment en Afrique, voit à la hausse sa production.

Ainsi, la production de viande de poulet est passée en 20 ans de 130.000 tonnes de produits à 456.000 tonnes à fin décembre 2014. Notons que sur la période allant de 1995 à 2014, la courbe de la production de la volaille a enregistré un record en 2011. La production a atteint un pic de l’ordre de 460.000 tonnes, dont 80.000 tonnes de viande de dinde. En effet, ce type de production a connu une nette évolution sur les quatre dernières années. Les producteurs font état d’un passage de 3 tonnes en 2000 à un volume de 78.000 tonnes de viande de dinde produites en 2014.

Cette ventilation est par ailleurs tirée par l’évolution de la consommation. Les marocains ont contribué donc à l’essor du secteur via une consommation annuelle par individu de l’ordre de 17 kilogrammes en 2014 contre à peine 2,3 kilogrammes enregistrés quatre décennies auparavant.
En dépit de l’évolution de la consommation, la moyenne reste cependant faible par rapport à d’autres pays. En établissant un comparatif, les producteurs soulignent une consommation moyenne annuelle de 23 kilogrammes par individu en France, contre 40,7 kilogrammes par personne en Arabie Saoudite et 27 kilogrammes par personne en Espagne.

L’Assocation nationale des producteurs des viandes de volailles a mis, par ailleurs, l’accent sur la contribution du secteur sur le plan socio-économique. Le secteur de l’aviculture a un fort impact en termes d’emploi, aussi bien direct qu’un direct.

Aux dernières statistiques, la filière avicole assure environ 105.000 emplois réguliers et 200.000 emplois indirects. Ces postes créés concernent principalement les domaines de la distribution et de la commercialisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *