Le «Smart grid» discuté au Green Energy Park de Ben Guerir: La montée en puissance des énergies renouvelables se confirme

Le «Smart grid» discuté au Green Energy Park de Ben Guerir: La montée en puissance des énergies renouvelables se confirme

Les Smart grid constituent un maillon essentiel dans la mise en place de la transition énergétique nationale et sont un véritable levier pour optimiser les performances en la matière.

`

La transition énergétique du Maroc vers les énergies renouvelables mobilise de plus en plus les experts. En témoigne la conférence «Smart grid : un levier essentiel pour accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables», organisée jeudi dernier par la Fédération de l’énergies et l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergie nouvelles (Iresen). Les Smart grid ou les réseaux électriques développés à partir des énergies renouvelables ont constitué le thème d’un workshop qui s’inscrit dans un contexte national particulier caractérisé par la montée en puissance de la production de l’électricité à partir des sources d’énergies renouvelables, selon les organisateurs. Au cours de cet événement, Mohamed Rachid Idrissi Kaitouni, président de la Fédération de l’énergie, a mis en avant les Smart grid qui «constituent un maillon essentiel dans la mise en place de la transition énergétique nationale». Et de poursuivre que les Smart grid sont un véritable levier pour optimiser les performances en la matière. Ainsi, le réseau de distribution électrique est une réponse intelligente aux intermittences induites sur la production électrique, précise-t-il. Le président de la Fédération de l’énergie a par ailleurs décliné les objectifs d’un tel événement en soulignant l’importance du partage des nouvelles avancées en matière de technologies vertes intelligentes des réseaux de distribution électrique, l’identification des challenges à venir et les solutions d’intégration d’énergie dans les différents secteurs industriels et socio-économiques. Pour sa part Badr Ikken, président de l’Iresen, a précisé que le véritable objectif du Green Energy Park est de contribuer à développer le savoir-faire au niveau des universités. Le président de l’Iresen a également précisé que ce park est unique en Afrique. Toutefois, selon lui, il existe des centres identiques aux Etats-Unis, au Japon, et en Inde.

Green energy : Le futur à portée de main

Les participants à cette rencontre ont pu découvrir le potentiel du Green Energy Park de Ben Guerir, inauguré le 12 janvier 2017 par SM Mohammed VI. Cette plate-forme de test, de recherche et de formation en énergie solaire est étendue sur une superficie de 8 hectares et a mobilisé un budget global de 210,26 millions de dirhams. Ce projet a été réalisé par l’Iresen (142 MAD) avec le soutien d’OCP (68,22 MAD). Décrit comme la première plate-forme en Afrique, le Green Energy Park de Ben Guerir cible l’énergie solaire avec ses trois modes de développement, à savoir le solaire photovoltaïque, le solaire thermique et la modélisation des ressources. Dans ce sens, le solaire photovoltaïque concerne 10 projets pour une enveloppe de 52 millions de dirhams. La finalité de ces dix projets est d’identifier les technologies adaptées aux contextes marocain et africain, le développement de nouvelles technologies adaptées aux conditions climatiques nationales et la sécurisation du marché national contre la concurrence déloyale. Le deuxième aspect qui concerne le solaire thermique vise, quant à lui, à développer des applications industrielles du solaire thermique à concentration, améliorer la compétitivité des systèmes solaires thermiques et effectuer des tests des composants pour systèmes solaires à concentration thermique. Des idées portées par 7 projets dont le coût s’élève à 88 millions de dirhams. Pour sa part, la troisième activité de recherche concerne 6 projets d’un montant de 3 millions de dirhams. Pour ainsi mieux agencer cette plate-forme de recherche, l’Iresen a dédié un espace grandeur nature en conditions réelles placées sur une surface totale de 6,5 ha. Appelé «plate-forme de recherche outdoor», cet espace extérieur offre une perspective sur 12 projets pilotes de recherches, tels que le laboratoire de test des modèles photovoltaïques, développé conjointement par l’Iresen et Franhofer Csp, la plate-forme de test des systèmes photovoltaïques fixes, ou encore le champ solaire Chams 1 qui est un prototype de concentrateur solaire thermique avec des miroirs type fresnel, 100% marocain. Cet espace abrite également des véhicules électriques de test bornes de recharge afin d’évaluer la durée de vie des batteries et effectuer des études socio-économiques de l’adoption de mobilité électrique. Par ailleurs le park recèle d’autres aspects de la recherche en technologie verte avec sa plate-forme «indoor». Celle-ci inclut sur une superficie de 3.000 mètres carrés, 6 laboratoires et un centre de calcul et de modélisation des ressources. Des laboratoires à la pointe de la technologie qui accueillent des projets développés par des étudiants tels que la simulation de tempêtes de sables et les effets qu’elles peuvent produire sur les différents composants thermiques dans le cadre de vieillissement accéléré des matériaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *