L’écotourisme, c’est quoi ?

Le terme « écotourisme » comporte deux composantes : écologie et tourisme. En fait, il s’agit de concilier entre tourisme et écologie. Plus simplement, il est question de se donner du bon temps tout en se préservant de ne pas détériorer le milieu environnant.
Ceci donne lieu à une notion encore plus complexe: le tourisme durable. Ce dernier est à son tour un aspect du développement durable et il naît de la même préoccupation en matière de pérennité, d’équité et d’éthique envers les milieux tant naturels que sociaux et économiques dans le respect des communautés.
Plus explicitement, le développement durable préconise une forme de développement qui vise à garantir aux générations futures des conditions de vie au moins équivalentes à celles que nous connaissons. Il représente, de ce fait, l’orientation maîtresse sur laquelle se fondent plusieurs secteurs d’activité humaine, parmi lesquels on compte le tourisme durable. L’écotourisme est une composante du tourisme durable qui se préoccupe par-dessus tout de l’intégrité des milieux naturels.
En somme, le tourisme durable est une forme de tourisme qui répond aujourd’hui aux besoins des touristes et des régions qui les accueillent, tout en protégeant et en améliorant les ressources pour l’avenir. Les touristes sont, de plus, friands de ce nouveau produit et les opérateurs leur présentent des destinations et des programmes de plus en plus exotiques.
Seulement il y a un grand hic : le nombre croissant de ces amateurs de la nature met en péril les différents écosystèmes. Leurs victimes sont les zones naturelles de Nouvelle Zélande, d’Amazonie, du Kenya ou encore du Népal. Partout où l’écotouriste apparaît, on est sûr que la nature déclinera progressivement. Les exemples de dégradation du milieu et de déstructuration des sociétés autochtones liées aux activités écotouristiques ne manquent pas. Et ce sont les sites les plus sauvages qui sont les plus menacés ; à tel point que de nombreux pays ferment leurs parcs naturels plusieurs semaines dans l’année pour que la faune et la flore pansent leurs plaies… Finalement l’écotourisme n’a d’écologique ou de durable que le nom.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *