Lenteurs administratives : Les architectes de Casablanca crient leur ras-le-bol

Lenteurs administratives : Les architectes de Casablanca crient leur ras-le-bol

Les architectes de Casablanca tirent la sonnette d’alarme. Les lenteurs administratives les révoltent. En effet, selon le conseil régional du centre de l’Ordre national des architectes, les délais de traitement des dossiers d’autorisation de construire prennent dans les cas les plus simples plusieurs mois et peuvent atteindre dans certains cas 18 mois. Aussi, pour les architectes casablancais cette nette lenteur administrative est principalement due à un manque d’effectif technique et de moyens logistiques, une organisation inefficace et un manque de traçabilité des dossiers. Autant de défaillances relevées au niveau des services administratifs de la ville, en particulier Dar Al Khadamate mais aussi les Arrondissements et communes, l’Agence urbaine de Casablanca, et les services extérieurs (protection civile, Lydec). Ces dysfonctionnements compliquent grandement la mission des architectes au niveau de la capitale économique et nuissent donc à l’investissement dans le secteur du bâtiment qui est vital pour l’économie nationale, souligne l’Ordre dans un communiqué de presse. Dans ce sens, engagé dans une démarche constructive et participative, son conseil régional propose un ensemble de mesures pouvant  pallier les dysfonctionnements relevés, et visant à faire de l’architecte un partenaire dans les procédures d’autorisation de construire.
Il s’agit en premier de la mise à jour et respect strict de la circulaire instituant Dar El Khadamate afin d’optimiser les délais et de redonner à cet organisme sa vocation initiale visant à encourager l’investissement dans le secteur du bâtiment par la simplification des procédures d’autorisation de construire. Ensuite, l’Ordre propose de renforcer l’information et la traçabilité sur l’état d’avancement des dossiers de demande d’autorisations, instruits dans le cadre des commissions mixtes à Dar Al khadamate et à l’agence urbaine de Casablanca. La troisième proposition veut permettre le dépôt des demandes d’autorisation de construire à travers le conseil régional du centre qui se charge du dispatching.
La quatrième concerne l’unification de l’application et de l’interprétation des procédures, des normes et règlements pour l’ensemble des services extérieurs. Et enfin, les architectes de Casablanca proposent l’ouverture de rencontres et de dialogue constructif entre les différents intervenants dans le but de simplifier toutes les procédures, pallier les dysfonctionnements, et raccourcir les délais, et ce dans le seul but de rapprocher l’administration du citoyen, et d’encourager l’investissement dans un secteur vital pour l’économie du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *