Les balbutiements de l’audit social

Le métier d’audit est devenu transversal au point de brasser l’ensemble des activités économiques. Cette démarche s’est élargie, en effet, au-delà du périmètre traditionnel de l’audit financier et comptable. Plusieurs secteurs commencent à manifester un intérêt croissant aux mécanismes d’audit notamment en matière de système d’information et des ressources humaines. A cet égard, de plus en plus, de directions de ressources humaines commandent à des cabinets de conseil des missions d’audit social. «Il s’agit d’une démarche d’analyse du degré de respect de l’entreprise des normes en matière d’emploi : code de travail, droit de syndicalisation, travail de mineurs et harcèlement moral ou sexuel des employés … »  explique El Mustapha Khaldi, ex-consultant en audit social, actuellement directeur des ressources humaines dans une multinationale. Le périmètre de l’audit intègre aussi les emplois, les recrutements, les départs, les rémunérations, les conditions de vie au travail et les aménagements du temps de travail (heures supplémentaires). L’ensemble de ces évaluations sont hiérarchisées dans le cadre d’une norme internationale de SA 8000.
Généralement, la cartographie du degré de respect de la réglementation de travail en vigueur, établie par l’auditeur social, est exigée par les entreprises étrangères à leurs sous-traitants sur le marché marocain. Le recours à cette technique, encore dans une phase de balbutiement principalement, est manifeste au niveau des sociétés de sous-traitance en textile et en confection. Les missions d’audit social sont devenues par conséquent d’une importance capitale pour l’économie marocaine compte tenu de la tendance d’ouverture sur les marchés européen et américain. Le Royaume négocie actuellement deux accords de libre-échange avec l’Union Européenne et les USA. Néanmoins, le problème réside dans la pénurie de ressources qualifiées sur cette niche d’audit. Très peu de consultants sont certifiés sur la norme SA 8000, néanmoins, plusieurs intervenants sur le marché local ont eu l’occasion de suivre une formation diplômante à l’Institut d’audit social en France. La réussite des exigences du marché international reste tributaire du regroupement des entreprises en consortium pour répondre aux contraintes législatives et réglementaires imposées par les émetteurs d’ordre international. La recherche de la taille critique est la seule alternative pour parer aux problèmes de non-respect par les entreprises de droit de travail (SMIG, heures supplémentaires, droit syndical, affiliation à la CNSS…).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *