Les prix du pétrole continuent à baisser après la lettre de l’Iran à Bush


Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin reculait de 1,64 dollar à 68,55 dollars vers 14H15 GMT.

Le marché réagissait à l’annonce par l’Iran d’une lettre du président Ahmadinejad au président Bush pour lui proposer de trouver ensemble une sortie de crise sur le dossier nucléaire iranien.

L’administration Bush a dit vérifier l’existence d’une telle lettre, qui romprait plus d’un quart de siècle de silence entre les dirigeants des deux pays.

Toutefois, les analystes du marché pétrolier restaient dubitatifs quant à la probabilité d’une issue prochaine au conflit iranien.

"Les Iraniens ont aussi laissé entendre récemment qu’ils n’avaient aucune intention d’arrêter l’enrichissement nucléaire", a souligné Mike Fitzpatrick, analyste à la Fimat, ajoutant: "A l’évidence, ce conflit ne va pas disparaître facilement." Selon M. Fitzpatrick, la baisse des cours lors des dernières séances était plutôt due à un "mouvement temporaire" des fonds spéculatifs. Ces derniers préférent se retirer du marché du pétrole pour un temps en raison de l’agitation politique suscitée par la hausse des prix de l’essence aux Etats-Unis, selon l’analyste.

Les nouvelles géopolitiques, en Iran ou au Venezuela, semblent perdre en "pouvoir de nuisance", soulignait de son côté Phil Flynn, analyste chez Alaron Trading.

"Le marché semble se focaliser sur la hausse des stocks d’essence aux Etats-Unis", a-t-il estimé.

Le recul des cours du brut avait été déclenché la semaine dernière par l’annonce d’une progression surprise des stocks d’essence américains, alors que le marché craignait une pénurie d’essence cet été aux Etats-Unis.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *